Comportements

Suite à l’article sur la reconnaissance notre ami Daniel CABANNE nous soumet un article intéressant que je m’empresse de poster en l’agrémentant de quelques réflexions imagées.

Comportements dans la société et les Arts Martiaux traditionnels.

Il est banal de dire que le monde change. Chacun de nous s’en aperçoit. Ces transformations s’accomplissant de plus en plus rapidement, nous avons des difficultés, pour les plus anciens du moins, à les suivre et à nous adapter, du fait même qu’ils n’affectent pas seulement le secteur technologique, mais aussi les mentalités. Les rapports entre les gens ont aussi évolué, de manière positive, sous certains aspect, mais également, hélas, de façon parfois négative.

 

image

Sur ces divers points, j’ai été le témoin, en tant qu’ancien professeur de l’Education Nationale, du non-respect des règles régissant les rapports maître élève au sein des établissements scolaires. Je m’empresse de préciser que ce triste constat ne concerne la plupart du temps qu’une minorité d’élèves, généralement issus de milieux défavorisés. Mais, je n’irai pas plus avant, dans l’analyse de ces changements dans la société en général et donc aussi dans le monde scolaire en particulier, depuis déjà quelques années, car ce n’est pas le but de mon exposé.

 

image

Ce manque de respect des autres se retrouve fréquemment dans tous les secteurs de l’activité humaine : dans les familles, au bureau, à l’usine, chez les artistes, etc… Le milieu sportif ne coupe pas à la règle. Cela est d’autant plus visible si le sport est très médiatisé, car tout scandale est vite exploité par les médias. Cela crée de l’audience.
Bref, nous ne sommes pas prêts de voir s’améliorer ces comportements affligeants.

Mais, ce qui me choque particulièrement, en tant que pratiquant d’Arts Martiaux, c’est le comportement de certains entraîneurs, que nous ne pouvons comparer, dans ce cas, à ces senseïs que nous rencontrons parfois dans des Clubs d’Arts Martiaux Traditionnels. Cette catégorie, précédemment citée, que je qualifierai d’entraîneurs de sport de combat et non d’un Art Martial, manque souvent d’humilité, parle ostensiblement de leur prétendu haut niveau, s’exprime trop souvent avec un manque de tact évident, rabaisse leurs propres pratiquants et à l’occasion ceux des autres Clubs. Il est arrivé que des budokas soient démarchés par un entraîneur venant d’un Club voisin, du même genre que ceux dont nous venons de parler, qui après avoir discrètement, sans y être invité, assisté à leur cours leur avait tenu les propos suivants : " Compte-tenu de votre faible niveau, vous n’êtes pas prêts d’obtenir votre ceinture noire ". Ce soi-disant haut gradé, puisqu’il s’est présenté ainsi, aurait même dit : " Un Club d’Arts Martiaux sans compétitions, c’est absurde ". Ajoutant que s’il connaissait leurs enseignants, ils les inviteraient à assister à un stage. Ce qui peut sous-entendre : " Vous en apprendrez plus avec moi ! ".
Quel fat ! Comment peut-on faire preuve d’autant de bêtise et de prétention, car en formant nos élèves nous en apprenons aussi à travers eux ! Ce qui est étonnant, à mes yeux, c’est de tenir des propos aussi délirants et aussi peu respectueux des autres ! Tout pratiquant expérimenté sait que les Clubs d’Arts Martiaux Traditionnels ne font en général pas de compétition. De plus, porter un jugement péremptoire sur des pratiquants dont on ne connaît quasiment rien, ne reflète pas un entraîneur, digne de ce nom, qui réfléchit.

image

Où est la pédagogie dans tout cela ? En outre, un Senseï doit toujours être mesuré dans ses déclarations. Il doit faire preuve de modestie, de respect des autres. Il doit savoir encourager ses élèves. Retenons les paroles prononcées par O Senseï Gichin Funakoshi

" Quelle est l’utilité d’un Homme fort sans philosophie ! et " La formation de l’Homme passe avant la technique "

Les Arts Martiaux Traditionnels sont ouverts à tout le monde : petits ou grands, forts ou faibles, jeunes ou retraités, malades ( avec accord médical ),…Ils ne sont pas réservés à une soi-disant " élite ". Nous ne sommes plus au temps des samouraïs. Un Art Martial peut être pratiqué dans un sens éducatif et d’épanouissement personnel, au même titre que toute autre activité éducative et formatrice de l’Homme.

 

Humour_008

Nous ne sommes pas dans le sport et la compétition, tous deux respectables et formateurs. Nous ne sommes pas, sans cesse obligés, d’être dans la confrontation ou la compétition. Laissons le choix à chacun. Respectons les avis des uns et des autres, tant qu’ils ne portent pas préjudices à la collectivité. Ne soyons pas sectaires. Ne gardons pas non plus de rancune envers ceux qui tiennent des propos outranciers, car ce comportement cache quelque part un manque de confiance en soi.

Article soumis par notre ami Daniel CABANNE.

Denislogocouleur

Quelques jours de répits

Venant moi-même de profiter de quelques jours de répits (enfin si l’on peut dire), je souhaite à tous de profiter au maximum des vacances d’été pour se reposer et également prendre de bonnes résolutions pour la rentrée prochaine.

De retour à la maison, quelques messages me confortent sur le fait que peut importe les petites difficultés rencontrées, cela vaut la peine de continuer ne serait ce que pour son propre plaisir et j’espère à partager encore avec quelques amis fidèles.

Messages :

Claude Falourd : merci à toi Denis pour ce beau message qui m’a beaucoup touché. Je sais que je peux compter sur toi, avec d’autres, pour transmettre à votre tour les valeurs et l’enseignement que j’ai reçu de Minoru Mochizuki Meijin et de mon ami et professeur Jim Alcheik entre autres…

Daniel CABANNE : Mon cher Denis, c’est avec grand plaisir que je viens de prendre connaissance de l’article  intitulé “ Etre reconnaissant “, dont je partage entièrement la philosophie. Si chacun de nous pouvait réfléchir un tant soit peu aux principes profonds énoncés dans les lignes de l’article précité et les mettre en pratique, le comportement de certains pratiquants de Budo s’en trouverait fortement amélioré. Crois en ma considération amicale et sincère.

image

 

Pour ma part, je profite toujours de cette coupure pour faire le point sur la saison passée et avoir des objectifs motivants pour la saison à venir, mais en attendant je partage avec vous de merveilleux moments; en voici un de taille:

L’ AMITIE

Jabron_ 06-16_024 Jabron_ 06-16_035 Jabron_ 06-16_015

 

Jabron_ 06-16_028

Devinez qui prend la photo et vous avez droit à un cours particulier avec lui !

 

image

Le partage d’activité :

Jabronkan_ 06-16_009 Jabronkan_ 06-16_019 Jabronkan_ 06-16_018

 

Jabronkan_Iaido-16_062

Tous les secrets du guerrier pacifique dévoilés en toute confiance

 

image

Des moments forts :

Festival_Manosque-16_024 Festival_Manosque-16_034 Festival_Manosque-16_039

 

Festival_Manosque-16_036

Une démonstration de toute beauté ou se dégage une sérénité extrême

 

 AFFICHE-MANOSQUE-2016

Pour ma venue, le samouraï du Jabron n’a pas hésité à faire venir les plus grands experts de la région pour une démonstration grandiose d’arts martiaux digne de ce nom.

ICI avec SYLVAIN GUINTARD

Festival_Manosque-16_033

Biographie martiale

Kûban Guintard est pratiquant d’arts martiaux depuis 1975 dont une dizaine années en tant que résident permanent au Japon…

A l’âge de 20 ans, durant 2 années il devient l’élève pour le sabre, de Michel Coquet de l’école Tenshin Shoden Katori Shinto ryu ; puis commence à se rendre fréquemment au Japon pour étudier les arts martiaux traditionnels ("Kôryû") avec Nawa Sensei et aussi le Ninpo Budo-taijutsu plus moderne avec Masaaki Hatsumi. Pionnier du Bujinkan Ninjutsu en France, Sylvain va contribuer à la diffusion du Bujinkan Taijutsu en Italie, Espagne, Portugal, Allemagne et dans nombreux autres pays européens…

Pour la suite, c’est ICI

 image

 

image

Gazette des Taikibudokas

La Gazette N° 11 vient de paraître, merci d’y réserver le meilleur accueil

 

Cette petite gazette suit son cours, Il serait bon et sympathique de faire en sorte que ce lien soit distribué au plus grand nombre, d’en recueillir les impressions et de les faire parvenir au CAMA.

Il est évident qu’il pourrait y avoir un article ou deux de plus si on recevait du contenu (activité, photos, historique, vécu etc.)

Ne pas oublier que l’échange et la communication font parties intégrantes de notre philosophie d’école.

Pour imprimer la Gazette, si vous voulez une qualité de format pdf supérieure il suffit de le demander, je vous enverrais le lien direct.

image

Bonjour … en ce début de saison, je souhaite à tous bien sûr de passer une année riche en satisfactions de toutes sortes et en ce qui concerne votre pratique d’avoir des objectifs de progression qui vous permettent d’avancer en prenant du plaisir à rejoindre le groupe des anciens qui, soyez en certains, feront tout pour vous aider à accéder au plus haut niveau.

Vous trouverez également et certainement des informations à ce sujet sur le Taikiblog.

Cette saison, l’objectif du Cercle d’Arts Martiaux Association (CAMA) sera l’échange technique inter-discipline avec des représentants de haut niveau qui semble t-il sont assez ouverts d’esprit pour partager leur discipline avec d’autres bien qu’apparemment différentes.

Le premier stage se fera à Montereau le weekend du 8 et 9 Octobre avec un invité de marque puisqu’il s’agit de Pierre Portocarrero Senseï (l’un des plus grands experts de Karaté français) L’école de Pierre Portocarrero propose une pratique souple et martiale, transmise selon la tradition par le travail des kihons, katas et kumités.

Je tiens encore à remercier les membres administratifs (présidents, secrétaires et trésoriers) des clubs (parfois également pratiquants) qui travaillent dans l’ombre ainsi que tous les responsables techniques (professeurs et assistants) sans qui les activités du CAMA-TAIKIBUDO n’auraient pas lieu d’être.

Quant à moi, je vais encore et toujours m’imaginer que l’utilité de notre pratique à travers l’image du "guerrier pacifique" pourrait éventuellement servir à rendre la communication entre les pratiquants de toutes tendances (voir tous le monde) possible; ce n’est pas gagné mais l’important c’est d’y croire.

DG

 

Gazette N° 11

 

image

La collection au complet

 

Gazette N° 1 Gazette N° 2 Gazette N° 3

Gazette N° 4 Gazette N° 5 Gazette N° 6

Gazette_7 image Gazette_9

Gazette N° 10

 

 Ne pas oublier de remercier Marie-Christine LEDOUX

image

 

 "Le peu que je sais c’est à mon ignorance que je le dois"

araignée 2

Gradés à compétence limitée (voir très limitée)

Si vous trouvez des choses bizarres sur ce blog

c’est simple; n’y venez pas

Trait

Humour

A force d’entendre critiquer les niveaux techniques validés par un grade dans une organisation soit disant la plus pure et traditionnelle qui soit et surtout venant de hauts gradés de la dite organisation ne contribue certainement pas à son prestige.
Surtout quand il s’agit de différence énorme, genre un 8e dan hanshi qui en réalité correspondrait à un 3e dan (ce n’est pas de la fabulation, cela s’adressait à mes oreilles au sujet de quelqu’un que j’estime) et d’autres énormités qu’il me serait trop lourd de retracer ici vu que la liste est longue avec parfois des considérations sur des disciplines que l’on ne pratique ni ne maitrise assurément pas.

Ceinture noire & blanche

Confronté personnellement à ce genre de considération par rapport à mes élèves mais aussi sur mes propres compétences, excusez du peu; 7e Dan Kyoshi qui soi-disant serait incapable de juger un 1er Dan dans sa propre discipline.

Nuage

Il y a deux solutions possibles, soit cette organisation n’est pas sérieuse vu l’attribution de certains grades qui ne valent apparemment pas grand chose, soit les détracteurs considèrent qu’ils sont les seuls à posséder un grade représentant réellement leur niveau.

Critiquer techniquement un représentant de sa propre discipline dans son organisation n’est déjà pas reluisant mais se permettre de donner son avis (il va de soi, systématiquement négatif) dans une discipline différente sans l’avoir pratiquée sérieusement reste pour ma part un signe d’insatisfaction permanente et manifeste d’une supériorité universelle illusoire.

 

Humour

 

Trait

Pour ma part et sauf erreur, je défie qui que ce soit de m’avoir entendu critiquer techniquement et surtout d’une façon dégradante un gradé de notre discipline, ce qui serait un comble même s’il s’est écarté de notre groupe mais également un gradé dans une autre discipline même si pour certaine, j’ai pratiqué quelques années et ayant obtenu quelques résultats; par contre je ne peut assurer de ne pas avoir donné un avis négatif sur l’état d’esprit d’un pratiquant qui reflète d’ailleurs souvent d’une considération collégiale.

Sérénité

On a beau répéter à qui veut l’entendre qu’à un certain niveau dans une discipline on peut juger toutes les autres (c’est pour cela que les hauts gradés dans ces autres disciplines sont systématiquement écartés) et que des points communs existent pour tous les arts martiaux; si je suis effectivement d’accord avec cette affirmation, mais ce secret n’est pas détenu par un seul homme ni pas une seule discipline et ce n’est surement pas en faisant faire 150 mae gueri que nos amis Aïkidokas, jujutsukas, voir judokas ou kobudokas vont être persuadés de cette affirmation qui a mon avis devrait être développée avec d’autres subtilités.

En ce qui concerne le Taikibudo, qui n’est que l’aboutissement d’une étude sérieuse (20 ans) auprès d’experts digne de ce nom et ce dans trois disciplines avec des niveaux reconnus par des organisations non moins reconnus, j’estime qu’à partir du moment où l’on a aucune connaissance du concept, de ses principes, de son origine, il faudrait mieux s’abstenir de toutes remarques car ce n’est pas parce que l’on n’y connait rien que c’est obligatoirement mauvais. Pour ma part, j’étais déjà gradé dans ces trois disciplines dans une structure Japonaise dirigée par des notoriétés largement aussi prestigieuses et si à l’époque le représentant pour la France a été choisi ce n’est pas par hasard; ce dernier m’ayant fait valider mes grades en Jujutsu et Kobudo n’a jamais remis en cause ces niveaux contrairement à ce qui se fait parfois ailleurs.

Paix

Heureusement quand j’ai présenté mon 6e dan, il y avait la plus haute autorité présidant le jury, alors ce n’est pas très respectueux pour lui de dire que je ne pratique pas les vrais arts martiaux; j’en ai vu quand même quelques uns échouer devant cette autorité (respect); effectivement je ne pratique pas en exclusivité le jujutsu de Sato Senseï mais quand même, avec une reconnaissance officielle du grade, 17 ans à suivre tous les stages en pratiquant effectivement et pas simplement en tournant en rond autour du tatami, je pense que mes compétences en Nihon jujutsu sont largement équivalentes que ceux qui me jugent.
J’en profite pour faire savoir que le terme Nihon Jujutsu veut dire le Jujutsu du Japon et qu’en dehors de la méthode de Sato senseï issue de forme plus ancienne, il existe pléthore de style et de forme tout autant respectable et authentique.

Diplôme Je vais vous dire tout simplement que suis prêt (je l’ai déjà fait plusieurs fois) à me présenter en Jujutsu et Kobudo devant un jury digne de ce nom dans ces disciplines et je ne suis pas sûr que les détracteurs soient prêt à en faire autant.
Pour le Kobudo, vous devez savoir que malgré un 5e dan représenté (je l’avais déjà) et un titre de Renshi devant un jury soi-disant d’experts, on (expert de cette organisation) me fait comprendre quelques années plus tard que mon Kobudo ne vaut rien, pas de problème mais il faudrait me faire voir ce que l’on sait faire de si fabuleux pour se permettre cette arrogance.

Tout cela pour faire comprendre qu’aussi fabuleuse qu’une organisation puisse paraître, certains hommes qui la dirige peuvent ternir sa réputation et la valeur des diplômes soi-disant authentiques qu’elle délivre; mais rassurez vous il y a bien eu et il y a toujours des représentants prestigieux en technique et en comportement dans toute organisation quel quelle soit.

Heureusement, j’ai rencontré des pratiquants de haut niveau qui pour certains m’ont fait savoir que le Jujutsu que je pratiquais correspondait bien à une conception authentique dans la forme autant que dans le fond en regard de ce qui se faisait bien avant la pratique moderne car cela me fait toujours sourire quand on affirme que l’on pratique le vrai ou le véritable (art martial) alors que l’on ne fait que suivre une conception relativement récente des maîtres fondateurs (portraits apposés dans la plupart des dojos) ce qui n’empêchent pas un respect profond vu que ils en ont permis la vulgarisation; et même certains de ces maîtres contemporains ne s’en remettraient pas de voir de ce qu’il est advenu de leur art.

salut

Pour finir, je recommande à tous instructeurs voulant un avis sur le niveau technique de leurs élèves et surtout sur leur propre niveau de vous adresser à un expert gradé dans votre discipline, par exemple dans les stages internationaux ou je n’ai jamais vu depuis dix sept ans un cours obligatoire d’une discipline pour tous les stagiaires (les échanges sont appréciés) et lors d’un passage de grade, c’est toujours le représentant le plus haut gradé dans cette discipline qui à voix prépondérante même si les autres peuvent donner leur avis.

 

Humour

 

A vos plumes

 

Les paroles s’envolent mais les écrits restent et j’en prend la responsabilité c’est toujours aussi honnête que de revenir sans arrêt sur ce que l’on dit sans aucune logique (tout et son contraire) avec l’impression d’une toute puissance désinvolte sans fondement avec les valeurs prônées par le budo traditionnel.

Ceux qui me connaissent savent très bien que ce n’est pas ma tasse de thé de passer mon temps à la critique ou à la médisance mais à force de me faire “descendre” et souvent en assemblée, je ne vois pas pourquoi je vais continuer à faire courir le bruit que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et que ce n’est pas la boite aux lettres de telle ou telle organisation si prestigieuse soit elle qui fait la qualité du facteur ni d’ailleurs la valeur du courrier (diplôme) qu’il distribue.

En parlant d’organisation, il ne faut pas confondre représentant technique de cette organisation avec des règlements qui lui sont propres et représentant d’une association avec des règlements et des obligations légales envers ses adhérents, allez on va s’arrêter là pour cette fois.

 

logo couleur