Taikiblog Le Blog des Taikibudokas

13/02/2014

Club à l’honneur

Filed under: CAMA_TAIKIBUDO — Kyoshi_77 @ 07:44

Le club de Ville st Jacques avec ses 14 adhérents ne ménage pas ses efforts pour donner une bonne image des arts martiaux en général et du TAIKIBUDO en particulier.

Le président et responsable technique du club en la personne de Farid MEROUK assure avec l’aide de Armel FOURREAU les cours le samedi et le dimanche matin au 7, grande rue dans un beau petit dojo municipal.

Une page spéciale sur le site de la commune vous en dit long sur le dynamisme de ce petit club qui sait allier sérieux et convivialité sous l’œil vigilant et intéressé d’Alain Chauvigny adjoint municipal pour les sports et loisirs.

Cliquez sur le logo pour en savoir plus

Logo club

 

 

Pour mémoire, Farid MEROUK est un des plus ancien YUDANSAS (ceinture noire) en activité, puisqu’il a obtenu son SHODAN (ceinture noire 1er Dan) de TAIKIBUDO en Juin 2005 et qu’il est actuellement SANDAN (3e dan) en TAIKIBUDO.
Ce niveau est reconnu par I.B.A (International Budo Association) pour la technique mais également pour l’enseignement avec un diplôme d’instructeur depuis Janvier 2008.
Farid est également Sandan en Jujutsu certifié par International Martial Art Fédération (IMAF) une des plus ancienne fédération traditionnelle Japonaise.
Pour écrire à Farid : BLABLA

Sans oublier que autant Farid qu’Armel sont passionnés par le IAIDO (l’art du sabre) et sont actuellement les représentants techniques du plus haut niveau de cette école (Yondan et renshi)

Pour en savoir plus, voir le dernier stage de IAIDO à Ville st Jacques

Pour les voir à l’œuvre

 
 
Et pour le GALA de Ville st Jacques
 

 
 
 
 FELICITATION ET BON COURAGE POUR LA SUITE
 
 

05/02/2014

Salon des Associations

Filed under: Nouvelles — Kyoshi_77 @ 11:44

 

Le salon des associations de la ville de Montereau a eu lieu le

SAMEDI 08 Février à la salle Rustic

Centre ville

 

salon(1)

 

Le Cercle d’Arts Martiaux-Taikibudo du Club Sportif Monterelais était présent dans le stand qui lui était réservé pour vous fournir toutes les informations sur votre art martial préféré.

Et si vous n’aviez rien à demander, nous avons été heureux de parler avec vous de la pluie et du beau temps.

Ecusson Montereau

L’occasion de revoir quelques anciens, toujours étonnés de la présence active du vieux senseï de leur début et qui avec plaisir ont pu feuilleter un classeur rempli de souvenirs toujours plein d’émotion à redécouvrir.

Le hasard fait que notre stand était accolé à celui du CSM Volley Ball dont le président n’est autre que Denis MIGUET, un des premiers ceinture noire du cercle d’arts martiaux de Montereau; autant vous dire que la discutaille était au RDV.

Merci à certains membres du CAMA-TAIKIBUDO tous clubs confondus d’être venu nous faire un petit coucou

27/01/2014

Passion-Pratique

Filed under: Non class — Kyoshi_77 @ 09:42

Bonjour,

Ce qui suit fait partie simplement de quelques éléments de réflexion que j’applique pour ma propre pratique, et vu que cela à l’air de m’avoir un tant soit peu réussi; pourquoi pas ne pas en faire profiter ceux qui cherchent leur chemin et qui parfois se posent des questions sur leur envie d’avancer.

A noter que même si l’on est seul, on considère que avec sa conscience, l’on forme un couple indissociable, d’où la notion de partenaire* à considérer de toutes façons.

Sincérité
Sincérité

Aujourd’hui, je vais vous donner un conseil simple et efficace pour stimuler la passion de votre pratique.

Comme vous le savez, la passion dans sa pratique c’est la clef indispensable pour avancer et cela se vit jour après jour. Certes ! Mais l’ensemble passion-pratique, ce n’est pas seulement vivre le quotidien sans penser au lendemain. C’est aussi savoir se projeter dans l’avenir…

Honneur
Honneur

Ayez un projet, seul ou mieux avec un partenaire* ou avec votre Senseï si vous en avez un.

Pour survivre malgré les tracas quotidiens et la routine qui s’installe insidieusement, votre passion doit s’inscrire dans la durée. Pour y parvenir, vous et/ou votre partenaire devez établir un projet commun. Celui-ci déterminera ‘l’orientation générale’ que vous et/ou votre partenaire allez donner à votre passion-pratique. Ainsi seul ou mieux à deux, vous allez construire une histoire commune, fruit de vos projets et de vos rêves (c’est bien triste si vous n’en avez pas ou plus)

Respect 
Respect

Un moteur fantastique pour votre passion-pratique…

Les projets, quels qu’ils soient, apportent une dynamique et un souffle nouveau. Ils donnent envie d’aller de l’avant. Ils donnent envie, de construire quelque chose, avec l’autre.

De plus, avoir des projets introduit la dimension du rêve dans la vie du pratiquant.

Et puis, la nature humaine est faite de façon qu’il lui faut une motivation pour se dépasser.

Un projet ou ne serait-ce qu’une rêverie… en est une.

Amitié
Amitié

Faites des projets !

Inutile de chercher très loin, il existe toutes sortes de projets :

Des projets à court terme (assiduité aux cours, ponctualité, maîtrise des techniques qui vous posent problème, maîtrise de katas, passage de grade…) à des projets plus ambitieux concernant votre vie de pratiquant dans les années à venir (aide à l’encadrement, faire partie des yudansas, faire partie de l’équipe de démonstration, faire partie des assistants, faire partie d’une commission technique ou école des cadres …) et sans oublier des projets qui vous paraissent encore moins accessibles (pouvoir remplacer l’instructeur principal en cas d’absence, être responsable d’une commission, diriger une partie de stage, prendre la responsabilité d’avoir son propre club …)

Mais vous pouvez aussi sortir des sentiers battus en préparant un autre type d’objectif .

Il en existe pour tous les goûts par exemple :

Préparation d’un examen d’enseignant

Participation à une compétition, à une démonstration

Obtenir un titre dit ‘honorable’ dans les arts martiaux traditionnels

Voyez-vous, il y a beaucoup de domaines où l’on peut se fixer des objectifs.

Modestie 
Modestie

Envisagez l’avenir !

N’hésitez pas à réfléchir sur votre avenir et comment vous l’envisagez.

Bien sûr, la vie va sans doute chambouler vos projets, l’inattendu fait partie de la vie. Mais il est plus facile de s’adapter quand on s’est donné au départ quelques repères et qu’on a décidé que l’on continuerait d’avancer seul ou à deux.

L’avantage des projets : ils permettent d’être sur la même longueur d’onde, de ne pas créer un décalage entre les partenaires ou soi-même et sa conscience.

Car un événement, lié ou non à sa pratique (problème professionnel, familial, de santé) d’étude pour les plus jeunes, également de bonne chose comme l’amour ou l’arrivée d’un enfant par exemple, s’il n’est pas programmé peut faire ressortir des différences de points de vue, et vous rendre difficile la suite de vos objectifs.

Alors, vous m’avez sûrement compris, si vous n’envisagez pas l’avenir, vous risquez de subir les événements, parce que voir loin permet de relativiser les obstacles qui se présentent inévitablement dans le présent. Et puis stimulé, par les objectifs que vous vous donnez, vous risquez moins de vous décourager face aux difficultés.

Avoir des projets communs, avoir des idées communes, c’est la base de toute association d’esprits… et c’est aussi celle de la force des unions.

Courage
Courage

C’est là une évidence

Qu’importe que le ou les projets que vous avez seul ou avec un partenaire soient petits ou grands, l’essentiel est de donner une dimension d’avenir à votre passion-pratique pour que celui-ci persiste sur le long terme.

Tout ceci bien-sûr peut s’appliquer à bien d’autres activités que ce soit de loisir, familiale ou professionnelle.

Les entreprises ou ceux qui les dirigent et qui réussissent sont souvent ceux qui ont à cœur de voir aboutir leurs projets en faisant participer tous les acteurs nécessaires à l’objectif escompté et en leur fixant des impératifs de résultats limités dans le temps.

Le problème est que quand on est seul, on se décourage ou on oublie facilement ce qui nous a enthousiasmé au début car personne ne nous rappelle à l’ordre pour tenir nos engagements ou simplement nous redonner l’envie, le plaisir d’avancer; c’est pour cela que la philosophie du "je pense, je dis, je fais" est importante, pas moins que celle de "l’avant, le pendant, l’après".

Mais si l’on considère ce qui a été dit au début de ce chapitre, même seul vous pouvez vous regarder dans la glace et savoir où vous en êtes, votre conscience vous regarde et c’est ensemble qu’il faut le plus souvent possible vous poser la question de savoir ce que vous avez fait pour avancer dans votre projet.

Il faut sans cesse s’imposer des temps de réflexion et se redonner les moyens pour arriver à tenir le cap, mais je peux vous l’affirmer; ne pas réussir l’objectif que l’on s’était fixé quand on a tout fait pour y arriver vous fait grandir de toute façon et vous laissera bien moins amer que d’abandonner facilement avec toujours cette incertitude que peut-être si vous aviez persévéré ……………

Je souhaite au plus grand nombre de rencontrer certains personnages de hauts niveaux, qui ont traversé des galères innombrables, les ont surmonté parfois seul, parfois avec un petit coup de pouce d’un proche, d’un ami, d’un senseï et qui sont heureux et riches d’expérience à partager car une autre certitude est que ce qui s’obtient facilement ne nous laisse jamais des souvenirs inoubliables.

Contrôle de soi
Contrôle de soi

Ne jamais demander aux autres ce que vous n’avez pas fait pour vous même.

 

Extrait de mon livre  en préparation “une vie, une rencontre”

23/01/2014

Le club de Montereau

Filed under: CAMA_TAIKIBUDO — Kyoshi_77 @ 10:04

Cercle d’Arts Martiaux de Montereau

Historique du club

Dans un bulletin (1985) était évoqué les débuts du club, alors club de karaté. Le karaté pratiqué était du style shotokan, très dur, direct avec des positions très basses, basées sur la puissance des attaques mais aussi des blocages, très peu d’esquives.

Malgré tout, le club étant affilié à l’école Cocâtre de Bushido et Denis Gauchard Senseï allant régulièrement en stage à Paris avec Maître Cocâtre, les élèves étaient habitués à passer d’un style à l’autre et même de les mélanger et chacun y trouvait sa place selon sa morphologie ou sa personnalité.
Les deux styles étaient différents, le shotokan puissant et statique; l’école Cocâtre, mobile, souple en esquive. Cela correspondait bien à ma conception du combat, pour pouvoir s’adapter à différentes situations, je pense qu’il faut avoir plus d’une corde à son arc.

L’historique complet du club de Montereau ainsi que du Taikibudo bientôt sur le site ……… Patience

 

Bannière TKB 

 

Le club de Montereau est toujours aussi dynamique à en croire un article sur le site du CSM qui retrace l’activité pour le premier trimestre de cette saison :

Logo Montereau 

Les cours à Montereau :

Complexe sportif municipal Jacky Boiché

rue Pierre de Montereau
Lundi et Mercredi de 19h30 à 21h

 

Yudansas Montereau

 

Ecusson Montereau doas

19/01/2014

Stage spécifique KOBUDO

Filed under: Stages TKB — Kyoshi_77 @ 11:54

Le stage spécifique KOBUDO de l’école TAIKIKAN prévu en ce début d’année 2014, a bien eu lieu et à donné à tous les stagiaires l’occasion de passer une bonne journée technique et relationnelle entre pratiquants de tous niveaux ainsi que d’horizons différents. le stage était adapté pour tous les niveaux (ceinture verte minimum) bien que deux ceintures blanches ce sont joints  à nous avec l’accord de leur professeurs.

Un certificat de stage a été remis uniquement pour la présence de la journée entière (certains ont été étonnés de ne pas le recevoir). Pour le matin, il était conseillé de s’inscrire à l’avance le nombre de place étant limité et effectivement si nous avions été plus nombreux, le dojo de Marolles aurait eu du mal à nous permettre d’évoluer en toute sécurité.

 

Comme vous pouvez le constater, quelques éléments de qualités sont venus enrichir le stage de l’après-midi

 

 Le déroulement du stage :

Les courageux du samedi matin (et à l’heure s’il vous plait), après les bisous d’usage et les inscriptions en bonnes et dues formes ce sont vite mis en train avec tout d’abord quelques techniques de base en déplacement sur le thème de Tanto Happo (Shodan et Nidan) puis le travail avec partenaire pour confirmer que les notions de distance soient bien maitrisées.
Guillaume H. à organisé par la suite quelques échanges en randori Tanto mousse qui a définitivement réveillé l’ensemble des élèves présents.
Puis quelques techniques au Ken ont révélés pour certains la difficulté à s’adapter à cette fameuse notion de distance quand on change de longueur d’arme; idem avec application randori au Ken mousse.

A l’œuvre, Rémi et Florian parmi les  plus jeunes et les anciens Armel et Guillaume

La difficulté reste à venir avec l’étude du jyo avec les bases communes de positionnement et déplacement, puis quelques subtilités issues du maniement du bojitsu de l’école Cocatre finirent par dérouter quelque peu nos courageux Taikibudokas.

A l’œuvre Nathalie et Claudette et les plus jeunes Rémi et Nathan

Les anciens n’ont pas fait que de la figuration comme vous pouvez le constater en améliorant leur Ken Kihon Kumité

Gilles et Hervé (duel fratricide entre le renard et le chat)
Mention spécial pour Hervé qui n’a rien perdu de son enthousiasme et de sa bonne humeur après un petit arrêt forcé.

 

Fin du premier acte, il était temps, l’estomac commençait à crier famine, nous nous sommes rendus pour la plupart à la pizzéria de Marolles où l’accueil est toujours aussi chaleureux et les pizzas aussi bonnes.
Ambiance et bonne humeur comme le veut la tradition Taikikan bien que certains aient abusés sur la bière et le dessert; ne voulant pas d’histoire, aucun nom, aucune photo ne sera diffusé.

Allez, c’est le ventre un peu lourd qu’il faut reprendre sur la tatami de Montereau pour finir cette journée enrichissante.

Un bon groupe, motivation et bonne humeur; maître d’ordre de cette journée

Pour commencer, ce fut le Tonfa qui fut étudié dans la pure tradition de l’école Taikikan avec quelques éducatifs de manipulation puis comme l’a expliqué Denis Gauchard senseï, il suffit de puiser dans les applications des katas pour avoir de quoi animer le cours, pourquoi inventer autre chose.

Après quoi, le senseï demanda à Armel et Farid de diriger les deux ateliers de Bo et Nunchaku pour des parties de Kata de base afin de familiariser les élèves qui ont eu droit après leur étude à une belle démonstration de Naginata.

Félicitation à Guillaume et Hervé qui n’hésite pas à se remettre en question

Pour poursuivre, c’est le Sai qui fut étudié et les stagiaires ont eu vite fait de se rendre compte qu’entre les démonstrations qui paraissent évidentes et la maitrise de cette arme il y a un fossé dans lequel certains ce sont noyés.
Denis Gauchard Senseï en a profité pour rappeler non seulement l’historique chronologique des ces armes agraires, mais également l’historique de notre école en ce qui concerne le Kobudo (on ne vient pas de nulle part)

Du mal à suivre derrière, Brice à droite est en nette progression

De belles démonstrations ont suivi car comme le demande le senseï, c’est bien de donner des conseils mais il faut aussi démontrer qu’au delà des mots il y a de l’action possible qui correspond au niveau que l’on affiche.

Vu les applaudissements qui ont suivi, on peut certifier que Guillaume et Hervé peuvent conseiller utilement

 

Un invité de marque était présent à ce stage, un élève de la première heure de Denis Gauchard senseï et qui laisse un souvenir heureux non pas de nostalgie mais au contraire de certitude sur ce que l’école Taikikan peut laisser comme empreinte et pas seulement au niveau de la technique mais aussi sur le plan humain, j’ai nommé Denis FAY.

 

Denis et Denis, un plaisir partagé de bons souvenirs encore si présents

 

 

Merci aux sempaïs d’avoir pris de leur temps pour faire partie des exemples à suivre pour la motivation des élèves :

Farid MEROUK, enseignant à Ville st Jacques
Armel FOURREAU, assistant à Ville st Jacques et à Montereau
Hervé VASNIER, RT adjoint à Montereau
Guillaume HOAREAU, enseignant à Montigny-Lencoup
Claude GAUDON enseignant à Puiseaux
Gilles ARDOIN enseignant à Salins

Un grand merci à tous les élèves présent pour leur envie à progresser, qui savent que les niveaux convoités ne sont pas qu’une affaire de temps mais ne sont là que pour témoigner de la volonté à s’améliorer pour essayer d’atteindre une approche de la maitrise jamais acquise définitivement.

Les élèves sont la raison d’être des enseignants

Attention à ce qui suit, cet article a pris du temps et il est le témoignage d’une envie de faire partager au plus grand nombre une passion commune à travers le TAIKIBLOG.
Si l’indifférence signifié par l’absence de commentaire dédié se fait sentir, l’auteur ne répond en rien de se faire SEPPUKU.

samourai-dessin

Une petite pensée pour le samouraï du Jabron qui sans nul doute aurait eu une place de choix parmi nous

 

Tous les élèves présents* à ce stage se verront gratifiés, d’un tarif très préférentiel pour le prochain

Les auteurs* d’un commentaires se verront offerts un cours particulier sur le même thème et à leur convenance

Stage Kobudo SP (Minimizer)

18/01/2014

chronique d’un club

Filed under: Nouvelles — Kyoshi_77 @ 07:14

Le lundi 13 Janvier, le club de Montigny eu la visite de Sébastien STEFANNI (ancien responsable technique du club). Les anciens élèves ont été enchanté de le voir. Preuve qu’il a laissé une empreinte importante dans ce club.
Sa venue fut l’occasion de réaliser un échange technique. Ce cours exceptionnel fut animé en alternance par Guillaume et Sébastien, proposant chacun leur tour une spécialité qui leur est propre.
Pour Guillaume, l’orientation Kenpo de l’école Taikikan et pour Sébastien le JJB. Jujutsu Brésilien pour les novices.

 

Un petit groupe bien sympathique

Et ce lundi, fut l’occasion pour moi, de remettre à Marco Milano son diplôme de 2ème Dan Taikibudo IBA et de le remercier de me remplacer quand je ne peux pas être présent (obligations professionnelles obligent).
Sans sa présence, le club de Taikibudo de Montigny se verrait dans l’obligation de fermer ces portes. Je tiens aussi à préciser que Marco fait partie des plus anciens pratiquants encore en activité. Merci encore à lui.

 

Sébastien dans ses œuvres

Je rappelle aussi aux autres yudansas  et élèves que le club de Montigny vous accueille avec plaisir. La porte est grande ouverte à vous le lundi à partir de 19h. je pense qu’il n’est pas nécessaire d’attendre un stage pour qu’on puisse se voir.

A bonne entendeur.

 

Cet article a été rédigé par Guillaume Hoareau

Message de Denis GAUCHARD Senseï :
Signifiant ainsi que j’ai bien entendu et me faisant le porte parole du CAM-Montereau, je rappelle que le club  de Montereau a deux cours par semaine le lundi et le mercredi, que la plupart des yudansas sont également présent à la plupart des stages, il est donc également possible que les yudansas d’autres clubs  et de tous niveaux qui n’ont qu’un cours par semaine et qu’on ne voit pas souvent ailleurs viennent se perfectionner à Montereau (les enseignants ont quelques notions non négligeables en TAIKIBUDO et autres orientation de l’école TAIKIKAN)

ZEN

« Newer PostsOlder Posts »

Powered by WordPress