Menkyo_2012

C.E.R.E.P

Cercle d’Etude et de Recherche pour son Evolution Personnelle

Ce samedi 16 Juin au dojo de Marolles sur Seine c’est déroulé un événement important.

Dans la grande tradition des "MENKYO" de l’école TAIKIKAN pour les membres du CEREP-TAIKIBUDO après un investissement de plusieurs mois pour leur préparation de la présentation du niveau supérieur.

la veille, le vendredi 15 Juin 19h (mise en place) pour information, présence seulement des membres actifs

Samedi 16 Juin 9h (présentation) devant toutes les personnes invitées.

les yudansas cerep actuels ou passés nous ont fait l’honneur de leur présence pour valider cette présentation.

José FERNANDES, Dominique GUERARD, Philippe HUBERT

Dojo de Marolles sur Seine du complexe sportif municipal

Farid MEROUK et Guillaume HOAREAU pour le Sandan

Hervé VASNIER et Gilles ARDOIN respectivement pour le Yodan et le Godan

Menkyo 2012 034

Un résultat à la mesure du chemin parcouru

Menkyo 2012 042

Guillaume HOAREAU :

Début pratique en 2004 au club de Montereau, Début CEREP en 2006

Shodan CEREP en Juin 2007, Nidan CEREP en Avril 2009

Assistant club de Montigny de 2007 à 2010, Instructeur principal dans ce club depuis 2010

Participation active aux stages, école des cadres et commission technique CAMA

Responsable de l’organisation des stages et rencontres

Participation active aux stages IMAF (France et Europe) Nidan Jujutsu en 2011

 

Menkyo 2012 043

Farid MEROUK :

Shodan CAMA en Juin 2005, Nidan CEREP en Mars 2009

Responsable technique du club de Ville st Jacques

Instructeur IBA de Janvier 2008

Participation active aux stages, école des cadres et commission technique CAMA

Participation active aux stages IMAF (France et Europe)

Sandan en Iaïdo

 

Menkyo 2012 039

Hervé VASNIER :

Shodan CAMA en Avril 2001, Nidan CAMA en février 2006

Sandan CEREP en Juin 2008 (certificat IBA et IMAF)

Responsable technique au club de Montereau

Participation active aux stages, école des cadres et commission technique CAMA

Participation active aux stages IMAF (France et Europe)

Nidan en Iaïdo

 

Menkyo 2012 045

Gilles ARDOIN :

Shodan en Mai 1997 (école française de Budo)

Nidan CEREP en Mai 1996, Sandan CEREP en Juin 1998 (certificat IMAF)

Yodan CEREP en Juin 2001 (certificat IBA)

Participation active aux stages, école des cadres et commission technique CAMA

Participation active aux stages IMAF (France et Europe)

Responsable technique au club de Salins

Godan en Iaïdo

Déroulement des présentations :

Tous les candidats ainsi que les témoins de la cérémonie étaient présent bien avant l’heure prévue, ce qui indique une importance extrême du moment et une considération entre les différents intervenants.

Le départ fut donné par les plus jeunes en grade en la personne de Guillaume HOAREAU et Farid MEROUK.
Les épreuves étaient espacées de moment d’attente avec le silence et la concentration de rigueur, ce qui a donné une valeur solennelle à ce moment intense. Comme ils présentaient tous les deux le même niveau à savoir le sandan, la présentation des katas se faisaient tour à tour avec une concentration extrême sur tout le programme; Tanto no kata et ken kihon kumité fut une réussite à tous points de vue (rythme,  concentration, distance, kimé), Bo no kata, Saï et Tonfa no kata puis gyakuté no kata ou notre ami Farid a eu une petite frayeur ce qui n’enlève rien à la présentation générale vu l’ampleur du programme. De l’extérieur on aurait pu se dire que la présentation concernait uniquement le kobudo, mais heureusement voici Yori no kata; et là mes amis je pense qu’il y a eu un énorme travail de leur part tant l’intensité était présente.
Pour finir, une présentation d’enchainements Poings/Pied m’a vraiment interpellé car les compères avaient préparés des techniques de notre école bien sûr qui  démontraient les trois niveaux de travail (accepter la technique sans complaisance, bloquer la technique pour que son partenaire trouve une solution, se servir de la technique de l’adversaire pour la retourner contre lui) soit dit en passant, ce système existe dans des certaines écoles traditionnelles dites spirituelles.

Félicitations donc à ces deux nouveaux sandan qui sauront sans aucun doute faire fructifier leur menkyo et donner l’exemple à suivre ………

Après un court instant de pose, ce fut donc au tour des “anciens” de présenter le fruit d’un travail intense tant sur la quantité que sur la qualité.
Hervé VASNIER et Gilles ARDOIN ont présenté leur programme dans son intégralité et se sont servi mutuellement l’un de l’autre pour un contenu différent il est vrai mais tellement complémentaire.
l’agencement de la présentation fut judicieuse pour que les deux niveaux puissent s’exprimer librement, ce qui reflète un état d’esprit d’adaptation que tout le monde ne possède pas et qui pourtant fait l’apanage de l’école.
Hachakuken, un kata de l’école yoseikan et conservé respectueusement tellement il est représentatif de la fluidité, du rythme,  des enchainements atémi- projection, des possibilités d’interprétation démontrées dans le “bunkaï” à différents passages et ce fut un sans faute.
Le randori présenté démontra non seulement les trois notions de distances (mawai) mais également les trois niveaux de défenses (sen) ainsi que les trois niveaux de travail cités dans le chapitre précédent.
Tout cela pouvaient laisser à penser à un mélange un peu brouillon pour un spectateur non averti mais en réalité correspondait exactement à une recherche aboutie de ce niveau.
Toutes les armes ont été passées en revue avec notamment une présentation personnelle en Jyo contre ken pour Hervé qui a enchainé sur un ken kihon kumité soutenu en présence.
Un des meilleurs moment fut sans aucun doute l’interprétation des saï-tonfa no kata à main nue par Gilles et une pensée particulière me traversa l’esprit un moment par le souvenir de Pierre-Yves et Frédéric exécutant cette même épreuve il y a maintenant …… quelques années.
Naginata no kata arriva à point avec quelques interprétations involontaires; ouf, je pensais n’avoir aucunes remarques à faire, merci à eux pour faire en sorte que cela n’arrive pas.
Iaï no kata vint conclure le coté technique et là rien à redire puisque ces deux compères sont des pratiquants assidus des cours et stages spécifiques de cet art à part entière et les “bankaï“ présentés autant sur un adversaire que sur deux, démontra correctement un niveau d’étude cohérent.
Goshin et shiatsu élémentaire arrivent à point pour se relâcher  et finalise cette présentation.

Mise en place de la tablette pour la cérémonie des remises des “menkyo” un petit mot du fondateur sur l’impression générale ainsi que l’intérêt des référents des préparations et chacun des postulants fut invité à venir commenter son parcours martial, mais également ses épreuves, ses doutes et autres embûches voulues nécessaires autant physiques que mentales et relationnelles et qui surmontées feront de véritables budokas de hauts niveaux.
Moment d’émotion intense ou même celui qui n’a rien à dire peut exprimer simplement qu’un moment important de sa vie vient de se passer et il s’en souviendra longtemps quelque soit la suite choisie.
Après toutes ces émotions, dans une ambiance plus détendue les nouveaux promus ce sont volontiers soumis à la traditionnelle page d’écriture sur l’engagement et le respect par rapport à la discipline et ceux qui les ont fait accéder à ce niveaux (à m’éditer  pour certains) et ce fut l’occasion de regarder l’historique des présentations avec quelques rigolades sur les photos.

Bien sûr, pour les sandan les explications sur le choix de leur “mon” et leur recherche sur le “kamon” de l’école fut remis en main propre au fondateur et pour les yodan et godan, une petite thèse sur le taikibudo dans sa vie personnelle permet de faire le point à un tournant de sa pratique.

Je tiens personnellement à souligner l’investissement à ces préparations de ses quatre personnes qui n’ont pas ménagés  leurs efforts pour aboutir à la concrétisation d’un menkyo véritable (environ 25 cours particuliers, présence régulière au cerep, entrainements supplémentaires entre eux); pour certains pourtant ce ne fut pas chose facile avec les aléas de la vie (travail, santé, famille) mais dans la vie il y a des choix à faire, il faut savoir concilier l’envie et le besoin, la nécessité et le plaisir, faire la part des choses et se prendre en main, l’important et de n’avoir rien à regretter.

Logo CEREP

1 réflexion sur « Menkyo_2012 »

  1. Bravo à tous les quatre pour votre investissement et votre envie de progresser, ainsi que pour l’exemple que vous donnez .

Les commentaires sont fermés.