Efficacité Technique

Nous avons la chance dans notre discipline d’intéresser les pratiquants d’autres horizons qui pensent qu’il est intéressant de puiser dans notre programme technique certaines subtilités complémentaires notamment en ce qui concerne la façon d’aborder l’entrée en corps à corps après un échange de poings-pieds qui diffère en bien des points de leur discipline spécifique.

Il en est ainsi au club de Montereau ou nous avons le privilège d’avoir des élèves d’un niveau assez élevé en judo pour l’un et en boxe (américaine-kick) pour l’autre; ce dernier très efficace à mon gout à également un très bon état d’esprit puisqu’il arrive à travailler avec n’importe qui (jeune, débutant, anciens) sans débordement aucun mais il peut également donner à manger à celui qui à plus d’appétit; cette possibilité d’adaptation n’est pas permise à tout le monde et mérite notre respect.
Cet élève d’une trentaine d’année est très assidu, il travaille dans la sécurité et il est donc confronté à la réalité du terrain; alors que vient il chercher chez nous qui devons nous considérer comme des "guerriers pacifiques".
Nous en avons donc discuté ensemble et il s’avère qu’il trouve chez nous (en plus de l’ambiance particulière) ce qu’il lui fait défaut dans la réalité de sa profession c’est à dire de pouvoir maitriser son adversaire sans obligatoirement porter atteinte à son intégrité physique ou pour parler simplement "sans l’amocher".

Je suis donc très flatté que que cette personne reste avec nous avec cet intérêt particulier qui reflète bien l’état d’esprit de notre école. Bien sûr son style est particulier par rapport à ce que l’on attend d’un pratiquant de taikibudo dans la forme mais dans l’état d’esprit il est conforme et cela présage d’une progression rapide, ce qui n’est pas possible dans le cas contraire car ne pas oublier que les trois notions traditionnelles à mettre en évidence sont dans l’ordre :

SHIN (valeur mentale), GI (valeur technique) TAI (valeur corporelle)

Je regardais donc avec intérêt cet élève échanger quelques randoris avec protections et je vois tout de suite que ses partenaires bien qu’en confiance avaient  une vigilance accrue (la notion de danger) qui fait quelque fois défaut à certains de nos pratiquants qui exagèrent la notion de "partenaire".
On pourrait en développer long sur le sujet, mais le meilleur étant encore de revoir ces échanges techniques qui reflètent complicité et efficacité et qui correspondent à ce que l’on attend de l’efficacité technique de l’école taikikan.

Donc pour en revenir au randoris de notre école, je voudrais donner quelques précisions sur la notion d’efficacité et le lien qu’il peut y avoir avec le niveau "le grade"
Il n’y a pas besoin d’être "gradé" pour être efficace, tout dépend de ce que l’on entend par efficace; par exemple une personne qui ne pratique aucun sport de combat, aucun art martial pourrait très bien malmener un pratiquant de notre discipline, est ce que cela suffirait à avoir un grade supérieur, certainement pas car le grade correspond surtout à un niveau de connaissance technique et à un état d’esprit (en principe) avec le respect du style de l’école concernée.
Et donc pour revenir à notre "boxeur" malgré qu’il soit d’une efficacité incontestable n’a eu aucune difficulté à mettre sa ceinture blanche (alors qu’il a d’autre couleur dans son sac).
Le senseï vient de lui confirmer qu’il pouvait sans problème porter la ceinture verte; si seulement l’efficacité était à prendre en considération il est évident que la ceinture noire lui conviendrait mais quand je le vois travailler ce n’est pas encore d’actualité et ce qui fait qu’il a toutes les chances d’y arriver c’est qu’il est conscient de ce fait.

Victoire sur soi

Sur ce , à méditer :

si tu ne sais pas que tu ne sais pas, tu ne sauras jamais

Si tu sais que tu ne sais pas, tu trouveras