Les souvenirs font parfois défaut

Regardez bien cette photo les enfants, certains voir beaucoup sont encore présents, preuve que notre école tient la route et que les plus hauts gradés trouvent encore de l’intérêt à y évoluer.
(j’entend par école, un groupement dont l’historique et le niveau autant de son fondateur que de ses membres sont certifiés par des instances d’origines traditionnelles et culturelles unanimement reconnues)

 

je vois un ceinture verte qui maintenant est 3e Dan et responsable de la commission technique, mais comment a t’il fait ? Rien de spécial, simplement avoir prouvé que l’on pouvait lui faire confiance.
Je vois un renard argenté qui maintenant arbore une belle ceinture rouge et noire, mais comment a t’il fait ?
Rien de spécial, simplement avoir prouvé qu’il pouvait encore travailler avec ferveur pour évoluer.
Toujours derrière sur les photos (derrière Sébastien), un matou qui est maintenant le plus ancien dans le grade le plus élevé avec un titre de Renshi de l’école, mais comment a t’il fait ?
Rien de spécial, simplement être fidèle, humble et savoir tenir sa place de référentiel pour ceux qui veulent évoluer.

Sébastien bien sûr qui même moins présent est toujours le bienvenu pour nous faire profiter de son expérience.

Adrien son frère et tout aussi efficace, s’est éloigné pour un temps, mais compte parmi les plus appréciés.
Je vois un samouraï exilé avec son petit sourire en coin qui est maintenant une référence absolue de notre école, le deuxième plus haut niveau du Taikibudo avec également un titre de Renshi largement mérité non seulement pour les services rendus à l’évolution de l’école, mais aussi pour son sens aigu du guerrier pacifique.

A ses cotés, je vois Fredo “melonmelêche” qui après avoir révisé était un pilier de notre école.

Entre les deux, je vois le Claude dit “le coquin” toujours présent à faire un tour sur lui-même après une erreur

Je vois Cyril, Un yudansas de Doms, apprécié par le plus grand nombre et que PYC sur la photo est en train titiller

Je vois également un certain Farid, qui malgré les épreuves de la vie est toujours présent, toujours à l’écoute d’une évolution possible que ce soit pour lui ou pour les autres.

Derrière lui, j’entrevois Christophe S. toujours là et qui maintenant fait partie des gradés de valeurs en Nihon jujutsu avec quelques élèves de la chapelle st luc.

J’aperçois très succinctement Jacques toujours présent et qui maintenant en retraite à toujours la fougue sur le tatami

Je vois également Adeline qui maintenant assure notre liaison avec le Japon, toujours un plaisir d’avoir des nouvelles

Il y a bien sûr Doms qui n’a pas pris une ride, malgré les aléas de la vie dans ce village ou il fait bon vivre

Giro est toujours là, respectueux malgré sa force et ses bras gros comme mes jambes

Jibraïl, qui a arrêté après la ceinture noire, mais qui vient nous faire un petit coucou de temps en temps

La famille Madouani avec bientôt j’espère une promotion méritée dans la famille des yudansas

Amélie, la plus jeune ceinture noire du groupe pour qui nous gardons les meilleurs souvenirs

Il y a évidemment ceux que je ne reconnais pas, le changement de l’âge ou le nom m’échappe.

 

D’autres élèves présents sur cette photos n’échappent pas à ma mémoire, mais je vais m’arrêter là.

Certains ne sont plus là évidemment, mais j’en croise parfois toujours avec plaisir et avec de bons souvenirs.
Toutes ces personnes, ont été d’une façon ou d’une autre mes élèves et ont donc appris de l’école Taikikan avec parfois des encouragements, parfois des critiques mesurées nécessaires à toute valeur éducative sur l’état d’esprit à transmettre et preuve de l’intérêt d’un senseï pour ceux qu’il apprécie. Ils ont su en être reconnaissant à un moment ou à un autre.
Je ne peux citer bien-sûr ceux pour qui je n’ai été d’aucune utilité, qui avaient déjà tout appris avant de connaître notre petite école et qui sont détenteurs d’un historique bien mystérieux, mais bien sûr si l’on veut m’éclaircir sur ces mystères, je suis ouvert à toute discussion, la porte est toujours ouverte. Et surtout je ne veux pas comme c’est déjà arrivé, avoir une plainte pour avoir cité le nom d’une personne dont je ne suis pas sûr qu’elle veuille que son nom apparaisse, même si ce n’est pas dans un esprit détracteur; déjà avec le droit à l’image, le blog n’est pas évident à gérer.

 

Je vais quand même citer un prénom FLORIAN ceinture orange, maintenant le plus jeune ceinture noire du groupe, un exemple à suivre avec à ses cotés Marianne et pour finir sur une note nostalgique, l’important n’est pas d’avoir beaucoup d’élèves mais de les garder longtemps, assez longtemps pour qu’ils comprennent que la technique n’est que le support à l’apprentissage de la vie, pour donner un ordre d’idée, dix ans me parait correct, mais toute la vie n’est pas utopique car il n’y a pas besoin d’être obligatoirement présent pour se rappeler les principes qu’on vous a inculqué.