Recherche Historique

Afin de solidifier l’historique de notre discipline et aussi parce qu’il manque des éléments pour un petit livre sans prétention en préparation sur le parcours tumultueux d’un vieux senseï sur le déclin, je lance un appel à tous ceux qui pourrait avoir soit des photos, soit des copies d’articles voir de livres ou revues sur le maitre Cocâtre Raymond et son école de Bushido.

Ses débuts, son parcours, son école, ses élèves; tout m’intéresse.

cocatre 01 Cocâtre mini Cocatre 02
 
Trait
 
 
 
 

Ecole  R. Cocâtre de Bushido

Maître Raymond Cocâtre fut l’un des grands maîtres de Budo et l’un des pionniers des arts martiaux en France. Il fut l’élève d’Henri PLEE, de Sensei Murakami, et de Maître Mochizuki.

Issue au départ du style Wado Ryu apportée en France par Maître Mochizuki, Maître Cocâtre en modifia quelques fondements. Il rendit le style plus souple et surtout tint à respecter la morphologie et la mentalité européenne. Le principe le plus important est la mobilité du déplacement, préférant l’esquive au blocage; l’exemple qu’il citait volontiers était celui du toréador face à la charge du taureau. Cette conception permet à tous, puissants ou non, de pratiquer sans les risques physiques inhérents à des blocages brutaux. Il a crée également un style de Ju Jitsu.

image

Voici une dédicace qu’il m’a accordée pour vous situer l’époque de ma pratique sous sa direction.

Cette dédicace était sur un livre “kiai” que je ne retrouve plus.

Voici à titre d’exemple ce que j’ai pu glaner sur le net  avec l’aide de quelques amis :

Maître Raymond Cocâtre (6 Avril 1923-11 Avril 1980)

Durant les années 1950 lorsque Mochizuki Minoru senseï est venu en France il a rencontré un homme du nom de Jim Alcheik qui deviendra son ami et assistant.
Jim Alcheik eu une mort subite et R. Cocâtre a ensuite aidé Senseï Mochizuki M.
Quand Mochizuki M. fut de retour au Japon, il a choisi son fils Hiro pour le remplacer dans Yoseikan Europe.
R. Cocâtre était l’un des étudiants hauts gradés de l’école Yoseikan ; il avait également reçu une formation en privé avec d’autres maîtres de styles différents qui ont visité la France.
Après plusieurs confrontations sur le plan technique avec Hiro Mochizuki, R. Cocâtre décide de quitter la structure Yoseikan et de fonder l’école Internationale R. Cocâtre de Bushido en 1962. Ce style est basé sur les déplacement de l’escrime au poignard dont il était d’un très bon niveau. Ses connaissances en Savate (boxe française), Taijutsu, boxe thaïlandaise, boxe anglaise et Shito Ryu Karate l’a aidé à former cette façon inhabituelle de se déplacer.

Raymond Cocâtre continue

Étant enfant R. Cocâtre avait une forme simple de polio contre laquelle il a lutté fortement. Il a ensuite utilisé l’athlétisme en tant que traitement contre son handicap. Avec arrière-plan comme athlète de bon niveau et sa connaissance en Bujutsu, Maître R. Cocâtre a donné l’impulsion pour adapter la façon traditionnelle de penser en ce qui concerne le mouvement et le développement de techniques. La discipline qui a retenue la plus grande attention à R. Cocâtre est Jujitsu, mais il a été formé dans le karaté et l’aïkido comme complément de bon niveau. Les trois disciplines sont liées pour être en mesure de les pratiquer soit ensemble ou chacune séparément.

********

Alcheik n’était pas le seul Français à s’être intéressé au kendo à la fin des années cinquante. Alors qu’il était au Japon, en décembre 1957, maître Murakami, 3e dan de karaté et 2e dan de kendo, avait été envoyé à Paris par le Yoseikan pour préparer sa venue, l’épauler et introduire le karaté. Il trouvait en la personne de Claude Hamot un passionné qui avait déjà demandé au fils de Mochizuki, Hiroo, de l’initier au kendo en 1957. C. Hamot proposait donc à Murakami de donner des cours au siège de la Fédération de judo et du Collège des ceintures noires. Murakami aura un petit nombre d’élèves : C. Hamot et Bernard Durand, venus du judo, Truong Gnoc, Raymond Cocâtre, Jacques Fonfrede et Henri Plée, judoka qui deviendra l’introducteur du karaté en France. Il semble que peu de contacts eurent lieu entre ce groupe et celui de Jim Alcheik lors de son retour en France. R.Cocatre seul fréquenta ce dernier et Claude Hamot essaya de promouvoir la FFATK auprès du grand public.
********
De 1961 à 1966, ce groupe cessa aussi de pratiquer et le kendo disparut presque totalement, vu le faible niveau technique atteint et le manque de structure. Il semble que R.Cocâtre qui est connu pour être d’abord un karatéka, ait pris la direction du dojo de l’avenue Parmentier et fondé l’école R. Cocâtre. Il y enseignait le kendo et fit des démonstrations régulières lors du "gala annuel des arts martiaux" qui deviendra par la suite la "nuit des arts martiaux" et aura énormément de succès.
l’École R. Cocâtre de Bushido

Maître Raymond Cocâtre fut l’un des grands maîtres de Budo et l’un des pionniers des arts martiaux en France. Il fut l’élève d’Henri PLEE, de Sensei Murakami, et de Maître Mochizuki.
Issue au départ du style Wado Ryu apportée en France par Maître Mochizuki, R.Cocâtre en modifia quelques fondements. Il rendit le style plus souple et surtout tint à respecter la morphologie et la mentalité européenne. Le principe le plus important est la mobilité du déplacement, préférant l’esquive au blocage ; l’exemple qu’il citait volontiers était celui du toréador face à la charge du taureau. Cette conception permet à tous, puissants ou non, de pratiquer sans les risques physiques inhérents à des blocages brutaux. Il a crée également un style de Jujitsu.

Note de senseï DG

Toutes ces informations sont à prendre avec mesure puisque glanées ici et là avec l’aide de bonnes volontés qui ne sont pas toujours en mesure d’affirmer la véracité historique mais il fallait bien argumenter afin de justifier notre propre histoire et qui tente d’affirmer cet adage :

“pour savoir ou l’on va, il faut savoir d’où l’on vient”

Également, pour confirmer que son propre parcours dépend pour la plupart du temps des rencontres souvent déterminante que l’on fait et qui vous influence dans la recherche de votre voie.

“une vie, une rencontre”

Pour la petite histoire, c’est dans ce dojo de l’avenue Parmentier en juin 1976 que senseï DG a effectuer la présentation de son shodan devant un jury impressionnant dont le président n’était autre que senseï R. Cocâtre.
A ses cotés également le non moins prestigieux Claude Falourd Senseï, son site est à visiter ICI

Egalement un article paru en 2004 sur le TKB pourrait vous éclairer sur l’historique :

Trait

Archives_003 Carte CN Cocatre 03 Archives_002
 
Dans le dojo du Maitre Cocâtre à Paris avec son assistant
Denis Gauchard avec deux élève de Montereau, Pascal et Daniel
 
bushido

2 réflexions sur « Recherche Historique »

  1. Il est étonnant que le peu d’information et de document qu’il m’a été agréable de recevoir ne vient pas de pratiquants de notre discipline, la recherhe est pourtant accessible à tous et de préciser qu’il est bon de connaître un minimum l’historique; comme dit l’adage « pour savoir où l’on va il faut savoir d’où l’on vient »

  2. Merci à un certain A.F. d’avoir essayé de remettre de l’ordre dans cet article qui sera rectifié dés que possible et cela rendra service à l’élaboration du mémento sur l’historique.

Les commentaires sont fermés.