Le Taikibudo en stage avec IMAF

Depuis un certain nombre d’année, les membres du cama-taikibudo se rendent en stage avec imaf-France autant au niveau national que international

Ceci n’est qu’un aperçu des nombreux stages effectués et il est fort de constater que si le responsable technique de notre discipline est toujours présent il est souvent entouré de quelques élèves, ce qui n’est pas toujours le cas de tous les enseignants de club.

Mais qui peut encore trouver à redire sur notre engagement auprès de cette organisation qu’est IMAF KOKUSAI BUDOIN.

Evidemment on peut toujours dire qu’on est pas les seuls, que l’on peut faire mieux mais je pense que il faudrait déjà que tous le monde en fasse autant

 

image

Le site officiel IMAF-France   Le site du CAMA-TAIKIBUDO

image

 

image

image

 l’historique des stages IMAF en local

image

Cet historique est loin d’être complet mais déjà un bon aperçu de notre investissement

(des liens seront bientôt disponibles pour les photos)

image

Evidemment qu’il n’y a pas à se justifier auprès de qui que ce soit, sauf peu-être auprès de soi-même, cela fait toujours du bien de se dire que l’on a fait de son mieux et de pouvoir demander quelques efforts à ses élèves qui parfois se demandent si votre statut actuel est arrivé un soir de pleine lune par l’opération du saint esprit.

Un exemple de Passeport bien rempli qui je pense, sauf si l’on reste au bord du tatami (cela arrive parfois) ne peut être que le témoignage d’une envie de partager, d’évoluer avec des pratiquants et des enseignants que l’on estime sinon je ne vois pas l’intérêt.

Mais à qui donc appartient ce passeport ………?

Stage IMAF_01_page_1 (Minimizer) Stage IMAF_02_page_1 (Minimizer) Stage IMAF_03_page_1 (Minimizer)

 

On en profite pour remercier IMAF-France à travers son président Antoine Torres Kyoshi sans qui certains stages auraient pesés financièrement parlant si une aide n’avait pas pu être accordée (voyage au Japon, stage international en Hongrie) pour les principaux et d’autres encore non moins intéressants.

Dans la moindre mesure le groupement cama-taikibudo aide parfois en frais de route et entrée aux stages IMAF ceux qui montrent leur bonne volonté à se déplacer en stage et représenter au mieux notre discipline; mais il n’y a aucune comparaison de moyen car ce n’est pas avec 150 adhérents et des stages internes à 6 € avec parfois deux ou trois élèves par club que la trésorerie peut se permettre des largesses, aussi chaque responsable de club devrait pouvoir se faire aider par son club d’appartenance.

image

Que ce soit clair, aucun regret, aucune demande de reconnaissance mais simplement faire savoir au plus grand nombre qu’on ne peut obtenir quoi que ce soit sans un minimum d’investissement (Pierre-Yves C. résume très bien cette remarque dans son commentaire); et quand je dis “obtenir” cela ne se limite pas aux grades, aux titres, à la technique mais également à la connaissance générale, à l’ouverture des autres pratiques et à la relation amicale avec les autres pratiquants.

On ne peut empêcher certaines remarques qui me rappellent parfois le monde du travail (le mien) ou ceux qui ont du mal à se bouger (beaucoup de mal) son remercié dés que ils daignent faire une petite action (loin de justifier leur salaire) alors que ceux qui font leur travail quotidiennement ne manquent pas d’avoir des remarques désobligeantes dés que exceptionnellement ils font une pause (ainsi va la vie)

J’ai toujours dit que l’on comprend très bien que entre la famille, les finances, les stages internes, et les stages d’organisations plus importante on est bien obligé de faire des choix et il n’a jamais été reproché à qui que ce soit de ne pas être présent à chaque manifestation mais certains ne font aucun effort et on peut bien se demander à quoi bon faire partie d’un groupe. En ce qui concerne le cama-taikibudo il y a trois stages dans l’année, si chacun fait l’effort de venir au moins une fois à l’un de ces stages, cela ferait une bonne moyenne. en ce qui concerne l’IMAF, nous nous sommes toujours fait un devoir d’être présent à tous les stages nationaux et internationaux depuis quinze ans, si tous les responsables de clubs et assistants s’y rendaient même tous les deux ans, la moyenne serait également respectable. Evidemment si les stages venaient à se multiplier, cela deviendra plus difficile mais également cela permettra d’avoir des stages plus accessibles en terme de distance.

A noter également que nombre de stages effectués n’avaient aucun objectif soit de remise de diplôme, soit de Passage de Grade; mais en priorité le plaisir de se retrouver entre pratiquants de différentes disciplines pour le partage et l’amitié qui si je ne m’abuse fait partie intégrante de la philosophie des fondateurs.

 

salut

2 réflexions sur « Le Taikibudo en stage avec IMAF »

  1. Merci à l’ami Pierre-Yves le samouraï du Jabron qui répond aux articles du blog pratiquement aussi vite qu’il dégaine avec son katana.
    Cela demande beaucoup d’investissement de faire un tel travail de documentation sur l’historique de notre activité préférée mais quand un commentaire arrive pour témoigner de l’intérêt qu’il succite, on ne peut qu’être redinamisé pour en faire plus.
    MERCI

  2. Très jolie affiche, à agrandir et à afficher au Dojo !!
    Puis à compléter avec les années de stages divers ( Judo, Aikido, Karate, boxes, luttes), les démonstrations et nuits des arts martiaux (Montereau, Sceaux les Chârtreux, Marines, Fontainebleau ), les années Kempo-Boxing, les années Ecole Française de Budo, les années Yoseikan Budo et les années Cocâtre : de quoi occuper un mûr entier et offrir un mois de commentaires passionnés, non ?!
    Depuis 1979, date où les « Schtroumpfs » Budoka ont revêtu leur tenue Bleue, Denis Gauchard en tête, le cercle d’arts martiaux de Montereau a très largement tenu ses engagements auprès de ses différents partenaires et amis, au prix de nombreux sacrifices (professionnels, familiaux).
    Il n’y a rien à justifier, auprès de quiconque …
    Juste savoir cultiver son jardin, et l’amitié.

Les commentaires sont fermés.