Stages, et autres manifestations

Encore merci à Daniel Cabanne pour cet article intéressant qui je l’espère sera lu par le plus grand nombre car il reflète une réalité malheureusement constatable dans de nombreuses occasions et souvent par ceux qui sont sensés montrer l’exemple.

L’auteur me faisant remarquer que ayant commencé sur le tard à pratiquer, il ne pensait pas pouvoir m’apporter de quoi évoluer vu mon historique; je le rassure et peux lui affirmer que je recherche toujours de quoi me nourrir de tout ce qui peut me permettre d’avancer sur la voie difficile mais tellement enrichissante de nos disciplines pour le peu que l’on accepte de se remettre en question et cela même au delà de la technique.

DG

image

 

Trait

 

Dans les stages d’Arts martiaux on rencontre des pratiquants aux personnalités diverses. L’atmosphère peut y être sympathique, simple, créant d’emblée une excellente ambiance. Les échanges techniques entre les stagiaires des différents Arts Martiaux représentés peuvent alors être très intéressants, pour peu que les animateurs soient un tant soit peu compétents et sachent faire preuve de modestie dans leur comportement. On ne peut pas toujours éviter les déceptions, voire les frustrations d’un petit nombre, dues à des propos, déclarations, explications semblant parfois contradictoires pour certains. Frustrations également provoquées par la mise en valeur d’autres qui habituellement ne l’étaient pas ou n’avaient pas envient de l’être, ou encore qui pensaient n’avoir aucune compétence particulière pour l’être ! Mais aussi l’ego froissé de ceux qui d’habitude sont dans la lumière et ne l’étaient plus ce jour là. En un mot, les aspects divers habituels faisant partie des relations humaines.

Ne reprochons pas aux autres de courir après des grades quand nous-mêmes courons après les honneurs. Face à ces situations auxquelles l’Homme est continuellement confronté durant son existence, le pratiquant d’Arts Martiaux devrait, en principe être mieux armé. Mais ce n’est souvent pas le cas ! Les pratiquants de l’école de karaté Shotokan doivent se souvenir de ce que Maître Gichin Funakoshi écrivait à propos de son style de karaté : " Au dessus de tout, il y a l’esprit et le mental. Le karaté ne se résume pas à une victoire ou une défaite, mais plutôt dans le polissage du caractère des pratiquants. Les valeurs spirituelles et la finesse mentale passent avant la force physique et la technique ". Si nous respectons les préceptes de ce Grand Maître, appliquons-les en évitant de polémiquer sur l’efficacité de tel ou tel art martial, de se comparer à untel, de se croire meilleur sur tel ou tel plan. Respectons les anciens avec leurs défauts. Ceux qui les critiquent n’en sont pas exempts. Comme il est dit dans l’évangile :

" Avant d’ôter la paille qu’il y a dans l’œil du voisin, ôte d’abord la poutre qu’il y a dans ton œil "

Respect

Si nous nous croyons obligés de formuler des critiques, objectives ou non, n’oublions pas de mettre dans l’autre plateau de la balance les qualités de l’intéressé. Car, il en a comme chacun de nous ! Nos propos seront plus crédibles et montreront ainsi notre jugement modéré. Des apparences trompeuses peuvent nous amener à formuler un jugement erroné ! Nous sommes à une époque où chacun porte parfois un jugement rapide sur tout, sans avoir toujours tous les éléments nécessaires. On retrouve cette habitude : en politique, en sport, dans les Arts martiaux, etc… Les rapport entre les gens ont évolué, pas toujours dans le bon sens. C’est juste si certains ne prodiguent pas leurs conseils avisés aux enseignants pour faire la classe ! Cela est parfois vrai dans les Arts Martiaux, entre pratiquants et senseïs. Certains se moquent ouvertement, s’éloignant par là-même du Karaté-do. Il est vrai que le senseï en ne donnant aucune explication, laisse la porte ouverte à toute interprétation, voire aux critiques. Par exemple, si nous n’expliquons pas la raison pour laquelle des senseïs pratiquent un exercice qui consiste à porter des coups de poings au ventre, exercice paraissant inutile de prime abord, les pratiquants ne pourront pas deviner que c’est pour maîtriser la respiration basse ( respiration abdominale), dans le but de savoir bloquer avec efficacité un coup de poing au ventre, en contractant les muscles et en respirant diaphragme en position abaissée. En second lieu, pour prendre conscience de nos propres capacités physiques et maîtriser nos émotions. Certains pratiquants se retrouvent parfois au sol par un simple coup de poing au ventre, ne maîtrisant pas assez les diverses manières de respirer. Bien sûr, nous ne désirons pas tous nous entraîner de la sorte ! Chacun, trouve sa propre voie. Les moines de Shaolin, auxquels je n’aurai pas l’outrecuidance de nous comparer, pratiquent des exercices qui, à première vue, paraissent également stupides. Ils ne le sont certaine-ment pas ! Lorsque nous nous croyons obligés de porter un jugement, cela peut parfois être nécessaire, nous devons le faire en termes mesurés. Ayons toujours à l’esprit le Yin et le Yang. Chacun de nous peut se tromper un jour ! Chaque fois que je me trompe, et cela ne va pas s’améliorer avec l’âge, je remercie le jeune ou l’adulte qui me le fait remarquer d’une manière polie. C’est normal ! De nos jours, on montre un côté flamboyant qui n’est qu’une apparence, une mode. Il ne faut jamais montrer que l’on doute. C’est ringard et dépassé ! Cependant, un bon Senseï peut aussi avoir des doutes. De grands penseurs et philosophes dont le grec Aristote a écrit :

" l’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit "

image

Mettons les autres en avant en sachant rester en retrait. Beaucoup n’en auront aucune reconnaissance, peu importe !
La voie à suivre pour devenir un Senseï est longue et difficile. Ne montrons pas le côté obscur de notre personnalité. Ce comportement est un signe d’orgueil ! Mettons en avant nos qualités. Car nous en avons tous, qui ne sont pas les mêmes que celles du voisin ou de la voisine. Ce qui rend chacun de nous unique. La somme de ces qualités fera qu’un groupe sera solide. N’oublions jamais que ce sont les pratiquants qui font la force d’un Club ! Le nôtre a montré sa solidité, en de nombreuses occasions. Espérons que cela continuera. Agir ainsi est la meilleure des thérapies, laquelle nous grandira et nous rendra plus heureux. Ne nous regardons pas trop le nombril. Prenons exemple sur la vie de gens sages qui ont fait le bien autour d’eux, même si ce n’est pas la voie philosophique que nous avons choisie, tels Mère Thérésa, Soeur Emmanuelle, l’Abbé Pierre et bien d’autres encore. Ces exemples pourront peut-être nous aider à nous améliorer. Il y a beaucoup d’autres personnes admirables sur lesquelles nous pouvons prendre exemple. Et chaque fois que nous chuterons, relevons-nous sans jamais nous décourager, ni nous plaindre. C’est ainsi que nous progresserons. Voilà la vraie voie des Arts Martiaux. Commençons dès aujourd’hui.
Un bon senseï doit penser aux autres avant de penser à lui. Il ne doit jamais chercher à être mis en avant.
Je terminerai par une citation célèbre attribuée à tord à Voltaire, qui est de l’Anglaise Evelyn Beatrice Hall : " I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it. "

" Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire "

Quelle belle leçon de démocratie !

 

par Daniel CABANNE

 

Dragoncool mini