Petite thèse d’un Taikibudoka

Arrivé à un certain niveau, le pratiquant doit essayer de formuler ce qu’il ressort de sa pratique, bien-sur des pratiquants auront plus de facilité que d’autres à s’exprimer sur le papier mais ce qui compte est de faire l’effort de se pencher sur la question “que m’apporte la pratique en dehors de la technique

Volontairement seront ignorés le nom des auteurs mais je pense que les “proches” pourront se faire une idée ………

Note : ces écrits sont livrés tel que, avec certainement des incompréhensions ou des formulations personnelles qui n’engage nullement le Taikiblog.

 

Trait

 

Mémoire philosophique du Taikibudo

et des "Budo" en général

Chat

Le TAIKIBUDO a été imaginé par Senseï Denis Gauchard Kyoshi.

Il se caractérise par la pratique de techniques dans différentes directions en utilisant quelques principes parmi les suivants:

 

Le principe du juste-milieu

yinyang

 

          – le corps et l’esprit sans opposition entre eux, avec un travail plus important dans le temps du mental, mais jamais en négligeant la technique.

          – le traditionnel et le moderne : Jujutsu, Kobudo, cours CEREP et participation à des rencontres "sportives" en 3P ( poings- pieds- projections )

          – les techniques de combat et les techniques de santé ( KGT et Shiatsu )

          – la pratique des armes et l’entraînement à mains nues en soulignant les points communs (déplacements, ondulations…)

          – le travail sur soi-même en Iaido ( l’art de trancher l’égo ) et le travail avec partenaire ( kata à deux et recherche d’analogie ).

          – la pratique de gestes techniques et la visualisation dans l’immobilité.

le taikibudoka doit être polyvalent, perfectible dans toutes les directions par application pratique de cette philosophie.

D’autres “budo” nous paraissent plus spécialisés comme :

          – le Karaté qui recherche l’action définitive avec certitude ( " un poing, une vie" ) par le travail des atémis

          – l’Aïkido ou union des énergies par des mouvements circulaires, orienté spiritualité.

          – le Judo ou voie de la souplesse parfois devenu sport de compétition à base de projections et de techniques au sol.

 

Le principe de l’entraide

Poignée

Le TAIKIBUDO enseigne l’entraide avec la notion des trois niveaux:

1er niveau : réussite de la technique engagée

2e niveau : après blocage de la technique exécutée par le partenaire, un changement de direction permet de réussir autre chose.

3e niveau : la technique exécutée par le partenaire est utilisée pour placer soi-même une technique avec contrôle du partenaire,

dans les trois directions que sont le Kenpo, le JJ et le Kobudo.

  Il se veut une école de Vie, favorisant l’adaptation et la communication avec les autres, par analogie des techniques utilisées sur le tatami, dans les relations avec les autres dans la vie de tous les jours.

Un exemple est donné par l’entraînement aux randori libre-entraide qui se veulent un dialogue entre partenaires avec des questions ( attaques ) et des réponses ( défenses ), dans lequel un blocage peut arriver, dans le but de permettre au partenaire de proposer une solution; le blocage n’étant jamais une manifestation de la volonté de tout arrêter (soi-même ou le partenaire ).

 

Le principe d’évolution avec le système des “menkyo”

Victoire sur soi

L’évolution du taikibudoka se fait dans le temps, en progressant dans les différents programmes par le système de menkyo (cerep).

Ce système, dans lequel la présentation est le résultat d’un gros travail de préparation et

correspond aussi au début d’une période d’approfondissement du contenu du programme.

 

Le principe de responsabilité

Honneur

Cela implique que le pratiquant se prenne en charge, pour l’entretien et la maîtrise de son niveau. Il en devient donc responsable devant lui-même, son professeur, le fondateur du TKB, et les autres élèves actuels ou futurs.

Il existe donc un lien permanent entre tous les pratiquants ,

ceux de niveaux supérieurs qui ont un rôle de moteur ascendant pour les autres,

ceux d’un niveau inférieur qui ont eux un rôle de stimulant .

 

Le principe de Zanchin et de sensation

zanshin

Le contenu du programme intègre un travail en Iaido à partir du 3e dan, et des techniques de santé qui sont approfondies dans les niveaux suivants.

Le Iaido est un travail technique et de recherche, solitaire, en apparence seulement, car il nécessite également des partenaires réels ou imaginaires ( c’est-à-dire à qui on donne une réalité ). Il permet par le zanchin de développer l’attention à l’environnement.

Le Koho Goshin Taiso par delà la technique ( avec le Shiatsu ) est un travail dans lequel on retrouve le développement de la sensation ( la sienne et celle du patient ou partenaire ) pour un maintien en bonne santé de façon à vivre pleinement.

Ce travail en sensation, d’être à l’écoute de soi et des autres avec une pratique de l’attention, de la décontraction et de la respiration avec le support technique des différentes disciplines constitue le TKB.

 

Ecole de Vie

Maison

Le Taikibudo est donc une Ecole de Vie permettant aux pratiquants de franchir des étapes rencontrées tout au long de leur vie de leur prime jeunesse à un âge plus avancé, école dans laquelle chacun est responsable de lui-même, en aidant les autres et en pouvant compter sur eux.

 

juin 2012

Dragoncool

“Il ne faut jamais juger les gens sur leurs fréquentations. Tenez, Judas, par exemple, il avait des amis irréprochables”