Comportements

Suite à l’article sur la reconnaissance notre ami Daniel CABANNE nous soumet un article intéressant que je m’empresse de poster en l’agrémentant de quelques réflexions imagées.

Comportements dans la société et les Arts Martiaux traditionnels.

Il est banal de dire que le monde change. Chacun de nous s’en aperçoit. Ces transformations s’accomplissant de plus en plus rapidement, nous avons des difficultés, pour les plus anciens du moins, à les suivre et à nous adapter, du fait même qu’ils n’affectent pas seulement le secteur technologique, mais aussi les mentalités. Les rapports entre les gens ont aussi évolué, de manière positive, sous certains aspect, mais également, hélas, de façon parfois négative.

 

image

Sur ces divers points, j’ai été le témoin, en tant qu’ancien professeur de l’Education Nationale, du non-respect des règles régissant les rapports maître élève au sein des établissements scolaires. Je m’empresse de préciser que ce triste constat ne concerne la plupart du temps qu’une minorité d’élèves, généralement issus de milieux défavorisés. Mais, je n’irai pas plus avant, dans l’analyse de ces changements dans la société en général et donc aussi dans le monde scolaire en particulier, depuis déjà quelques années, car ce n’est pas le but de mon exposé.

 

image

Ce manque de respect des autres se retrouve fréquemment dans tous les secteurs de l’activité humaine : dans les familles, au bureau, à l’usine, chez les artistes, etc… Le milieu sportif ne coupe pas à la règle. Cela est d’autant plus visible si le sport est très médiatisé, car tout scandale est vite exploité par les médias. Cela crée de l’audience.
Bref, nous ne sommes pas prêts de voir s’améliorer ces comportements affligeants.

Mais, ce qui me choque particulièrement, en tant que pratiquant d’Arts Martiaux, c’est le comportement de certains entraîneurs, que nous ne pouvons comparer, dans ce cas, à ces senseïs que nous rencontrons parfois dans des Clubs d’Arts Martiaux Traditionnels. Cette catégorie, précédemment citée, que je qualifierai d’entraîneurs de sport de combat et non d’un Art Martial, manque souvent d’humilité, parle ostensiblement de leur prétendu haut niveau, s’exprime trop souvent avec un manque de tact évident, rabaisse leurs propres pratiquants et à l’occasion ceux des autres Clubs. Il est arrivé que des budokas soient démarchés par un entraîneur venant d’un Club voisin, du même genre que ceux dont nous venons de parler, qui après avoir discrètement, sans y être invité, assisté à leur cours leur avait tenu les propos suivants : " Compte-tenu de votre faible niveau, vous n’êtes pas prêts d’obtenir votre ceinture noire ". Ce soi-disant haut gradé, puisqu’il s’est présenté ainsi, aurait même dit : " Un Club d’Arts Martiaux sans compétitions, c’est absurde ". Ajoutant que s’il connaissait leurs enseignants, ils les inviteraient à assister à un stage. Ce qui peut sous-entendre : " Vous en apprendrez plus avec moi ! ".
Quel fat ! Comment peut-on faire preuve d’autant de bêtise et de prétention, car en formant nos élèves nous en apprenons aussi à travers eux ! Ce qui est étonnant, à mes yeux, c’est de tenir des propos aussi délirants et aussi peu respectueux des autres ! Tout pratiquant expérimenté sait que les Clubs d’Arts Martiaux Traditionnels ne font en général pas de compétition. De plus, porter un jugement péremptoire sur des pratiquants dont on ne connaît quasiment rien, ne reflète pas un entraîneur, digne de ce nom, qui réfléchit.

image

Où est la pédagogie dans tout cela ? En outre, un Senseï doit toujours être mesuré dans ses déclarations. Il doit faire preuve de modestie, de respect des autres. Il doit savoir encourager ses élèves. Retenons les paroles prononcées par O Senseï Gichin Funakoshi

" Quelle est l’utilité d’un Homme fort sans philosophie ! et " La formation de l’Homme passe avant la technique "

Les Arts Martiaux Traditionnels sont ouverts à tout le monde : petits ou grands, forts ou faibles, jeunes ou retraités, malades ( avec accord médical ),…Ils ne sont pas réservés à une soi-disant " élite ". Nous ne sommes plus au temps des samouraïs. Un Art Martial peut être pratiqué dans un sens éducatif et d’épanouissement personnel, au même titre que toute autre activité éducative et formatrice de l’Homme.

 

Humour_008

Nous ne sommes pas dans le sport et la compétition, tous deux respectables et formateurs. Nous ne sommes pas, sans cesse obligés, d’être dans la confrontation ou la compétition. Laissons le choix à chacun. Respectons les avis des uns et des autres, tant qu’ils ne portent pas préjudices à la collectivité. Ne soyons pas sectaires. Ne gardons pas non plus de rancune envers ceux qui tiennent des propos outranciers, car ce comportement cache quelque part un manque de confiance en soi.

Article soumis par notre ami Daniel CABANNE.

Denislogocouleur