Stage évaluation et plus

Comme prévu, le vendredi 6 décembre 2019, des évaluations (diplomantes ou non) de grade shodan et nidan ont eu lieu au dojo de Marolles de 19h à 21h.

l’encadrement présent du 6 décembre :

Gilles Ardoin, Farid Merouk, Guillaume Hoareau, Hervé Vasnier
Avec le grade minimum de Yondan

Guillaume Ocwieja, Florian Barrault
Tous les deux Nidan

Ces deux derniers ont aidés activement à la présentation des épreuves
Nous les remercions vivement de leur engagement à l’évolution de l’école

étaient présent également

Marco Milano pour révision (Sandan en préparation)
Avec l’aide précieuse de Christian Boucher Sandan

image

Les candidats présents du 6 décembre :

Delphine Victor (Montereau) pour le shodan

Roger Gouandahi (Montereau) pour le nidan

image

Un bon groupe sérieux

Il a été rappelé certains points essentiels pour les présentations de ce niveau :

Le shodan n’est pas une finalité, c’est un passage ou l’élève est reconnu et accepté pour s’engager plus loin dans le perfectionnement du programme technique et l’état d’esprit de l’école. Il est le fruit d’une présence assidue aux cours ainsi qu’aux stages et le reflet d’un bon état d’esprit relationnel. L’erreur est admise, on cherche plus à respecter les consignes qu’une quelconque efficacité de combat.

Le Nidan est la preuve que le shodan a bien été digéré et perfectionné et que l’élève est prêt à aller plus loin en ayant conscience que la suite sera difficile. Il est conscient qu’il doit en plus de sa progression personnelle, contribuer à faire évoluer les autres. La forme de corps et le style de l’école doit se faire sentir et on doit pouvoir démontrer une certaine efficacité tout en respectant les partenaires.

image

Pour conclure, si ces paramètres sont respectés et à raison d’un ou mieux 2 cours par semaine, avec la motivation autant de l’enseignant que de l’élève, il n’y a aucune raison que le résultat soit négatif mais possible. On peut également concevoir qu’un enseignant présente un élève (persuadé qu’il a le niveau) pour lui prouvé son erreur.
Le temps à respecter entre passage doit être cohérent mais pas figés car des années de licences ne reflètent pas obligatoirement l’investissement de l’élève (autant que de l’enseignant) entre 3 et 5 ans pour le shodan et à partir de 2 ans après pour le nidan.

Egalement il est rappelé aux enseignants et encore plus aux examinateurs des épreuves qu’il ne faut jamais oublier ses propres capacités à l’époque où ils ont présenté ces niveaux.
Que former des élèves débutants jusqu’à ce niveau n’est pas d’une évidence acquise et que la logique voudrait qu’on ait déjà formé et hissé à ce niveau quelques uns de ses propres élèves avant de juger ceux des autres (pas obligatoire mais peut aider à l’indulgence, la modestie, la compréhension, une petite dose d’humilité et le respect de ceux qui vous ont fait avancer). Bien sûr comme vous vous en doutez ceci n’a rien à voir avec les membre du jury de ce jour.

Passage de Grade sérieux et conforme aux exigences du règlement

PdG Marolles 2019_DelphinePdG Marolles 2019_Roger
Delphine et Roger sous contrôle

Félicitation aux deux protagonistes qui ont visiblement bien démontrés ces différentes notions

Quelques photos

Les experts à l'action

Un PdG n’étant pas un spectacle, cette petite vidéo n’est qu’un bref aperçu
de ce qui a été présenté et ne peut en aucun cas servir de jugement.

image

Delphine&Roger-2019_009Delphine&Roger-2019_010

Delphine et Roger

Janvier 2020 Delphine Janvier 2020 Roger

Réussir

Ceinture CAMA

Sensei père Noel