Etre un uke

DG: trouvé sur le net, le terme “servir de souffre douleur au professeur” ne me convient pas trop mais pour le reste OK

Être un uke… avantage ou inconvénient ?
Être uke c’est servir de souffre douleur au professeur. Il démontre sur vous les attaques et les défenses.
Mais quels sont les avantages?
En fait c’est peut-être même un cadeau car dans ce rôle,vous vivez de la meilleure façon l’enchainement. Les autres observent de loin. vous observez de l’intérieure avec en plus votre corps qui fait les mouvements en même temps. Et avec les explications vous avez les sensations correctes.
Vous avez un niveau d’exécution le plus élevé du cours.
Vous apprenez par le biais de la vue, de l’ouïe, du corps et aussi de l’affectif.
Ce sont les meilleures conditions d’apprentissage.
Vous êtes également corrigé rapidement car sinon l’objectif du professeur n’est pas atteint.
Ce n’est pas pour rien que généralement ce sont les ukes qui progressent vite.
Être uke ce n’est pas simplement souffrir et satisfaire le plaisir du professeur.

On en profite pour glisser 2 photos souvenirs
seul les anciens se souviendront du lieu

Dojo Taikikan 01

Dojo Taikikan 02

image

Autre article intéressant :

Le but de l’enseignement, ça n’est pas de gaver les élèves de connaissances, comme des oies dont on voudrait faire grossir le foie, mais de les rendre capable de penser, de comprendre, de se questionner pour pouvoir ensuite savoir ce qu’ils voudront apprendre.
La solution de facilité qui est hyper séduisante, c’est de remplir les élèves au lieu de les stimuler. De s’abriter derrière des connaissances à savoir et à apprendre par cœur au lieu de préparer les élèves à les comprendre.
Extrait du Portrait de Socrate © Getty / pictore
Etre pédagogue, c’est d’abord quelqu’un qui reconnait qu’il ne sait qu’une seule chose : c’est qu’il ne sait rien.
C’est donc d’abord une figure de pédagogue humble vis-à-vis du savoir. Ne rien savoir ça ne veut pas dire n’avoir aucune connaissance, ça veut dire ne pas croire que l’on sait tout, ou que l’on sait d’avance, ou que l’on sait pour toujours. C’est d’emblée accepter l’idée que l’on a toujours / encore à apprendre.
Les qualités d’un bon pédagogue
Au fond chacune de ces étapes de la pédagogie socratique implique, je crois, trois grandes qualités pour le pédagogue :
    l’humilité par rapport à sa fonction
    la confiance en son élève
    l’exigence de vérité
Le but d’une telle pédagogie, c’est d’abord de former des êtres capables de penser et d’interroger ce qu’ils croient savoir pour ensuite emprunter le chemin de la connaissance.

Stage au CDRAM

Taikikan

image

image

Sensei DG