Prehistoire club de Montereau

Ecusson Montereau

1967-1972 : Début des sports de combats avec la lutte sous la férule de Monsieur ROYO ancienne salle jean Allasseur à Montereau en Seine et Marne.

1973-1976 : Début en Karaté à Fontainebleau avec M. RATE, M. DELPECHE (1973); mes deux premiers professeurs de karaté qui m’ont transmis le plaisir de rechercher le geste parfait, la volonté de perfectionner le mouvement inlassablement sans se poser de question, juste pour le plaisir de sentir, de ressentir.

1977-1979 : Passage de la ceinture noire 2e dan de l’école Cocâtre de Bushido en Karaté, Ko-budo et Ju-jitsu.

1978 : Naissance du club de Montereau à l’initiative de son président Monsieur Brihaye Jean-Luc.

Interclub avec Provins

Dans le dernier bulletin était évoqué les débuts du club, alors club de karaté. Le karaté pratiqué était du style shotokan, direct avec des positions basses, basées sur la puissance des attaques mais aussi des blocages, quelques esquives. Malgré tout, le club étant affilié à l’école Cocâtre de Bushido et allant régulièrement en stage avec Maître Cocâtre, les élèves étaient habitués à passer d’un style à l’autre et même de les mélanger et chacun y trouva sa place selon sa morphologie ou sa personnalité.

Les deux styles étaient différents, le shotokan puissant; l’école Cocâtre, souple en esquive. Cela correspondait bien à ma conception du combat, pour pouvoir s’adapter à différentes situations, je pense qu’il faut avoir plus d’une corde à son arc.

Bel article

Laurent & José

Laurent en admiration

Plus de précisions :

début des sports de combats avec la lutte, sous la férule de Mr ROYO à la salle Jean ALLASSEUR ; c’était en 1967. Ce sport très physique me réussit très bien puisque je deviens Champion de Seine et Marne, Champion de PARIS, 2e au Championnat de l’île de France. Je pratique la lutte 5 années à MONTEREAU, puis je pars au Service Militaire à TOULON où je continue l’entraînement pour prendre le titre de Champion de Provence Militaire. C’est à cette période que j’entends parler pour la première fois d’arts martiaux et d’un pratiquant que tout le monde craint parce qu’il pratique le karaté. Je me lie d’amitié avec lui et tout ce qu’il me raconte me parait bien mystérieux. Avec du recul, je me rends compte qu’il en rajoutait un peu, mais je lui pardonne car si cela ne m’avait pas paru aussi fabuleux, je ne m’y serais peut-être jamais intéressé. De retour à MONTEREAU, faute de trouver un Club d’Arts Martiaux, je m’inscris au Club de Boxe, je n’y reste qu’une saison.

Denis, Pascal et Raoul

C’est alors que nous entendons parler d’un Club de Karaté à FONTAINEBLEAU, je dis nous, car TONY a fait ses débuts à la même époque, nous voici en 1973. Je me rappelle de nos premiers entraînements, séries interminables de mouvements dans le vide, étude inlassable des positions de base, kiaïs terrifiants, et de l’admiration que l’on portait aux anciens et au Professeur RATE puis DELPECHE qui ont su nous communiquer l’amour de la recherche dans le geste mais aussi la recherche d’une force mentale à développer par la rigueur de l’entraînement. Ces débuts à FONTAINEBLEAU ont duré 3 années mais déjà j’entrevois d’autres possibilités dans l’étude des Arts Martiaux en général. C’est alors que j’entends parler d’un Club de Boxe Chinoise à FORGES, je m’y inscris. En fait, c’est du karaté plus ou moins transformé par le Professeur qui me prend comme Assistant. Il est dommage que le manque de sérieux et le rapport professeur élève soit devenu tel que le Club doit fermer ses portes. je reprends donc la direction de l’entraînement dans une salle arrière salle de café à SALINS,

Salins

 

c’est là que les anciens ont commencé à former ce noyau d’amis qui savent que pour y arriver, il faut sans cesse se surpasser (TONY, GABY, WILLY, JOSE, Daniel MACHADO, Daniel BAZINE, Jean-Luc, Jean-Michel, Dominique et bien d’autres). Nous sommes en 1977- 1978. De cette période aussi, nous en reparlerons, car la plupart doivent se souvenir de quelques souffrances infligées pour le plaisir. Et nous voilà au tournant de la naissance du Club de MONTEREAU, un Club de karaté existait déjà mais les absences répétées du Professeur ne pouvaient durer, aussi m’a-t-on demandé une nouvelle fois de reprendre ce Club avec à mes côtés, comme Président, notre ami Jean-Luc qui est resté plus de vingt ans présent dans sa fonction.

 

 

Denis et Willy

Willy et Jean-Luc

Denis et Willy

Et évidemment une petite vidéo qui laissera perplexe bon nombre de pratiquants actuels
mais qui prouve que j’ai pratiqué un peu le karaté et donc je me permet parfois de donner un avis

Vidéo Historique 

A méditer

DG Kyoshi