Kumite Shop

Bon allez, on va se faire mousser un peu.

A l’heure ou il est d’actualité de critiquer les autres styles, écoles et autres groupements même quand on ne sait pas de quoi on parle surtout quand on compare ce qui n’est pas comparable et également de trouver des articles sur les techniques les plus efficaces qui soient contre un ou plusieurs adversaires armés ou non avec parfois des vidéos fantaisistes pour agrémenter les propos. Il en faut pour tous les goûts, pour toutes les bourses et pour tous les rêves et illusions.

Aussi je vais me permettre de joindre à ce post, un petit message trouver sur le site Kumité Shop un magasin d’articles d’arts martiaux entre autres, que je vous recommande et dont le responsable Damien Denis avec qui nous avons partagé de nombreux stages a bien voulu afficher un petit message sympathique à propos de notre école et de son représentant pour ne pas dire fondateur sachant que le terme est à priori mal interprété et empreint d’une certaine prétention surtout de la part de ceux qui n’arrivent pas à se distinguer autrement que par des arguments négatifs.

Jugement

Donc un grand merci à Damien, surtout que pratiquant de Karaté de bon niveau, il est rare de trouver des articles positifs au sujet d’autres arts martiaux qui plus est n’est pas considéré comme traditionnel. Encore faudrait-il savoir ce que l’on entend par traditionnel qui pour moi correspond à une façon de transmettre, le respect d’une certaine étiquette et des valeurs qui ne sont valable que par l’exemple du sensei. Là encore je ne préfère pas m’étendre sur ce sujet mais suis disposé à la discussion directe de vive voix.

image

Article de Damien DENIS

trouvé sur Kumité Shop

TAIKIBUDO – La voie du guerrier pacifique

Le nom de cette école ne vous parle sûrement pas? Vous ignorez sûrement l’existence de Monsieur Denis GAUCHARD, et pourtant !!

Voilà maintenant une dizaine d’année que je rencontre Denis lors de stage, c’est une personne humble et droite. C’est l’une des rares personnes en France à suivre la voie du Budo et à l’appliquer dans ces dojos. Proche de l’enseignement de Minoru MUCHIZUKI les techniques sont simples et efficaces, un jujitsu traditionnel comme l’on en trouve au Japon. Il gère aujourd’hui plusieurs dojos et donne des stages un peu partout en France. Il est aussi auteur de plusieurs ouvrages techniques et biographiques.

Membre imminent de l’IMAF FRANCE pendant plusieurs années, il a décidé aujourd’hui de se concentrer sur le développement de son école.

Le TAIKIBUDO a de beaux jours devant lui.

L’équipe Kumite-shop est très fière de travailler avec les personnes qui écrivent l’histoire des arts martiaux en France.

Je vous invite donc à aller visiter les sites de l’école.

https://s521090584.onlinehome.fr

https://www.taikibudo.org

C.A.M.A  Cercle d’Arts Martiaux Association

Le c.a.m.a vous propose la pratique du Kenpo (poings/pieds), du Jujutsu (self-défense) et du Kobudo (armes) de l’école Taikikan ou de l’ensemble de ces disciplines sous l’appellation TAIKIBUDO. L’orientation de cette école ne porte pas uniquement sur l’efficacité technique et physique en combat mais aussi et surtout sur l’aspect relationnel entre les pratiquants (entraide et prospérité) ainsi que sur son évolution personnelle (respiration, attention, décontraction) ; pour tous renseignements :

Denis GAUCHARD Kyoshi

Président-Fondateur

CAMA-TAIKIBUDO

kyoshi-cama@trashmail.net

image

Et puis comme un cadeau ne vient jamais seul, en voici un autre que je viens de découvrir mais nous en reparlerons plus en détail plus tard.

Venir de quelque part

Merci à RONIN – Martial Production pour cette publication

cela me touche vu l’état d’esprit de l’école Cdram Bugei Sodachi Kenkyukai
alors si j’ai pu partager avec bonheur quelques fondements sur ce qui peut faire avancer les pratiquants dans leur objectif j’en suis vraiment satisfait. Meilleures pensées à toute la famille du Cdram Bugei Sodachi Kenkyukai.

Courage

DG Kyoshi

RESPECT

Article déjà publié il y a 2 ans, mais une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal

“RESPECT”

Je ne prend pas souvent la parole pas plus que je ne démontre des techniques en dehors de mon enseignement et limité dans la sphère du dojo mais je vais faire une exception à la règle. Il y a peu par choix que j’ai accès à l’information par internet qui bien sûr nous donne l’occasion d’informations, de renseignements sur les sujets qui nous passionnent mais également de s’apercevoir que certains préceptes mis en avant dans bons nombres de structures « martiales » sont un peu galvaudés.

image

Il y aurait soit disant un code moral comportant certaines notions telles que amitié, contrôle de soi, courage, honneur, modestie, politesse, respect, sincérité, humilité. Je pense que la notion de respect est la plus importante et contient en elle toutes les autres. Alors ce que je lis, entends ou vois ici et là m’interpelle de temps à autre car pour moi au sujet du respect c’est d’abord de montrer l’exemple et pas de développer des théories qui souvent d’ailleurs ne sont que des copies glanées ici et là et parfois légèrement modifiées pour s’approprier ces bonnes paroles. Le problème est que le lecteur non averti peut facilement imaginer qu’à partir du moment où l’on écrit des théories (philosophique ou technique) on est soi-même en pleine possession de ce savoir dans son comportement, dans sa vie de tous les jours. Les prêcheurs de bonnes paroles comme dans certaines religions (aucune n’y échappe) nous donnent la preuve vu l’actualité du moment que c’est souvent loin de la réalité. Alors avant d’écrire des pages de théories philosophiques ou encore des explications sur les secrets de telle ou telle technique, il suffirait souvent de transmettre le lien réel de l’information avec un petit remerciement pour son auteur originel qui s’il vous a posé quelques interrogations ne vous a pas obligatoirement transmis quoi que ce soit qui reflète votre savoir. Le respect pour moi et dans le sujet qui nous concerne, ce sont des choses simples et pourtant si difficile à respecter pour la plupart, en voici quelques exemples :

Respect de la parole donnée, que ce soit celle de l’enseignant ou celle de l’élève, peu de pratiquants portent de l’importance à cette règle impérative qui détermine souvent la confiance que l’on porte à l’autre. Les souvenirs personnels de ceux qui promettent d’être présents à un cours spécial ou à un stage et qui après coup n’ont même pas la délicatesse de s’excuser ou trouvent des prétextes pitoyables mais également la promesse d’un professeur qui doit s’occuper de votre dossier et qui a oublié ou bien encore la certitude de revenir la saison suivante sans suivi d’effet et surtout sans mot dire.

image

Ne jamais imposer à ses élèves, ce que l’on ne s’impose pas à soi-même, que ce soit pour les remises en question (épreuves techniques en dehors de son système), esprit d’ouverture en invitant d’autres experts dans son propre dojo (ne pas avoir peur que vos élèves s’aperçoivent que vous n’êtes pas le seul et unique détenteur d’un savoir magistral)

Être un exemple sur l’assiduité et la ponctualité, si certaines exceptions peuvent se comprendre (maladie, accident) c’est une des première règle de respect qui se doit d’être réciproque.

Toujours être reconnaissant envers ceux qui vous ont fait avancer même si ils ont pris par la suite une direction qui ne vous convient plus car si l’on conçoit qu’un élève peut dépasser son Senseï autant en pratique que dans la philosophie et à en croire certains qui ce sont faits tout seul et possède la science infuse, ils ne doivent rien à personne et pourtant c’est souvent les premiers pas appris qui font que ce que vous êtes par la suite existe.

Éviter de se mettre en avant, il faut l’avouer ce n’est pas toujours facile quand l’on a la place du senseï, il en faut bien un mais le constat est que bien souvent sur les annonces, les affiches, les photos il y a prépondérance sur un personnage, voir il est tout seul alors que sans le groupe, les élèves, les sampais, il n’est rien. Également, se faire prendre en photo seul avec des experts ou maîtres, ce qui n’est pas interdit bien au contraire pour sa collection personnelle de bons souvenirs mais certains voudraient faire croire qu’ils ont reçu un enseignement direct avec ces illustres personnages et parfois même s’en font référence au monde entier pour justifier de leur bagage technique alors qu’ils n’ont en fait effectué qu’un stage ou deux et souvent noyé dans un groupe de pratiquants important.

image

Éviter de montrer des techniques fantastiques qui peuvent paraître efficaces dans la dure réalité d’un combat réel alors qu’en fait et pour la plupart du temps elles ne fonctionnent que sur un « uké » complaisant. Le secret de l’art martial véritable est souvent acquis par la technique, de la sueur et un renforcement mental « la détermination, l’intention » et qui se passe de théorie compliquée et inexploitable.

Éviter de croire que seul votre art martial est valable, il est courant d’entendre des critiques sur une autre méthode, une autre école ou encore un autre style de la part de personnes qui ne les ont jamais pratiquées et qui souvent ne font que comparer avec ce qu’ils font eux-mêmes. Par exemple un pratiquant de tir à l’arc occidental regardant un pratiquant de kyudo pourrait être amené à trouver lamentable que ce dernier ne soit pas capable de viser le centre de la cible alors que pour le connaisseur il a peut-être fait un tir parfait.

Éviter d’enseigner ce que vous n’avez jamais appris, en dehors de quelques rares autodidactes qui ont de toute façon travaillé dur pour y arriver on ne peut pas sous couvert d’avoir un haut niveau dans une discipline s’approprier le droit de démontrer voir d’enseigner toutes les autres. J’ai le souvenir d’un professeur d’un art martial reconnu me reprocher d’enseigner plusieurs disciplines alors qu’il venait de faire une démonstration de sabre; il m’avoua qu’il n’en n’avait jamais abordé l’apprentissage mais que cela faisait bien pour l’occasion. Il n’est pas rare de voir enseigner les armes de kobudo par des professeurs n’ayant jamais pris un seul cours sous prétexte qu’ils ont la maîtrise des déplacements et des positions qui sont similaires dans leur discipline.

image

Éviter de croire que vous avez fait le tour de votre discipline après l’obtention de quelques titres en championnat, il va sans dire que la participation aux compétitions n’est pas incompatible avec un cheminement véritable sur la voie du budo mais à la condition toutefois de se rendre compte que ce n’est qu’une distraction, une expérience, un passage (non obligatoire) qui peut éventuellement vous procurer des sentiments de réussite ou d’échec à savoir maîtriser ou pas et aussi certainement à vous forger une condition physique (parfois mentale) de sportif de haut niveau (non indispensable pour atteindre un niveau respectable dans la plupart des « budo »)

Éviter de croire que vous avez fait le tour de votre discipline après l’obtention de quelques grades qui peuvent éventuellement jalonner votre parcours et qui ne sont là que pour certifier par un regard extérieur le résultat de votre travail. Il est toujours bon d’avoir des avis d’experts (les vrais) qui soient d’ailleurs issus de courant différents ou de la même école, ils sauront vous guider sans jamais vous décourager à poursuivre vos efforts pour parfaire l’objectif que vous vous êtes fixé. Évidemment votre senseï se doit de montrer l’exemple.

image

Éviter de croire que si vous pratiquez au sein d’une grande organisation (en nombre de licenciés) la validation de vos résultats aura une valeur supplémentaire en terme de « budokas », il y a au Japon (mais pas que) de petites structures dirigées par des maîtres véritables qui sont fréquentées par des pratiquants de tous niveaux venant du monde entier. Il est évident que ce n’est pas le fruit du hasard et que la transmission de certaines valeurs traditionnelles ne tient aucunement compte d’un potentiel important de « licenciés »

Éviter de croire que si vous pratiquez au sein d’une fédération « officielle » vos grades ou titres auront une valeur plus importante en ce qui concerne votre capacité à représenter par votre niveau, votre état d’esprit, votre comportement ce qui reflète véritablement votre niveau de compréhension quant à l’étude d’un « budo » véritable. Je ferais juste un petit encart en ce qui concerne les diplômes d’enseignants où je trouve normal de respecter certaines règles. Mais à mon sens seule la partie « commune » devrait suffire, la partie spécifique devrait se régler en interne de l’école.

image

Éviter de croire que si vous pratiquez au sein d’un petit club en nombre de licenciés vous êtes limité dans votre évolution, peu importe le nombre mais s’il est évident que les échanges seront également limités c’est surtout le charisme de votre enseignant qui fera la différence et qui saura vous faire diversifier les relations avec l’extérieur. Bien sûr on peut concevoir qu’un restaurant où il y a toujours du monde doit avoir un bon « chef cuisinier » et se poser des questions là ou personne ne revient, mais la règle à suivre est l’affaire de chacun. Il faut quand même se rendre à l’évidence que si l’on peut tromper quelques crédules un certains temps là ou il y a un certains nombre d’anciens qui plus est des adultes avec des niveaux respectables reconnus, il y a forte chance que l’enseignement soit de qualité; sinon ce serait prendre tous ces adeptes pour des irresponsables.

Éviter d’étaler vos grades dans d’innombrables disciplines qui parfois ont été attribués par équivalence (j’éviterais de dire par correspondance, mais cela existe), respect bien-sûr à ceux qui touchent un peu à tout (je suis pour l’esprit d’ouverture) et qui savent au moins de quoi ils parlent mais quand j’ai de l’estime pour un haut niveau (7 dan minimum) dans une discipline, il ne me déplaît pas de savoir qu’il a aussi certains niveaux (dûment présentés et attribués) de 3e dan minimum dans d’autres disciplines mais je pense que dans ce domaine il faut rester humble et discret sinon un effet inverse sur l’admiration que j’ai pour cette personne pourrait bien me traverser l’esprit.

Éviter de prendre ses élèves pour des cobayes, vous devez être respecté pour les valeurs que vous transmettez et non par crainte. Quand je vois des élèves se faire malmener par leur senseï et qui doivent en plus lui dire merci, j’estime que ce n’est gratifiant ni pour l’élève (qui suis-je pour accepter cela) ni pour l’enseignant (qui suis-je pour m’autoriser cela) et ne me parlez pas du renforcement mental et autre méthode militaire sur l’obéissance et la soumission. J’aime à croire que mes élèves se souviendront de moi pour d’autres valeurs « humanistes ». Quelques exemples : met les mains derrière le dos, je vais vous faire voir ce qu’est un vrai mae-geri et bien-sur l’élève s’écroule en devenant tout pâle ou encore donne moi ton bras, je vais vous faire voir ce qu’est une vraie clef de poignet et bien-sûr l’élève se tord de douleur et tout cela souvent avec un sourire sarcastique du professeur « satisfait » de tant d’efficacité sous le regard admiratif des élèves. Pour ma part je ne met pas les mains derrière le dos, pas plus que je ne donne mon bras, en combat il faut venir le chercher. Je ne prétend pas qu’il faut faire dans la dentelle mais il y a un juste milieu.

Éviter de freiner l’évolution de vos élèves, bien-sûr que cela existe et surtout quand le professeur n’est pas lui même très gradé (hors de question qu’il ait le même grade que moi) ou alors que ce dernier ne se souvient plus que pour ce niveau il n’était pas non plus au top. Pour moi, c’est toujours une grande satisfaction quand un élève obtient un niveau supérieur et cela va m’obliger à travailler moi-même, à trouver d’autres moteurs d’intérêt pour garder sa motivation. Certains professeurs s’étonnent de voir partir leur élèves à un certain niveau dans d’autres dojos mais il faudrait avant de pester qu’ils fassent leur auto-critique. Tout d’abord on ne peut transmettre la passion que si l’on est soi-même passionné et on ne doit pas dissuader un élève d’aller voir ailleurs ce qui se passe, c’est le meilleur moyen de le perdre.

image

Je pourrais bien-sur continuer à démontrer que les ambiguïtés sur la notion de respect sont nombreuses mais les quelques unes mises en avant précédemment sont le fruit d’expériences vécues et pas des bribes d’informations glanées sur le net. Certains peuvent aussi se demander qui suis-je pour m’autoriser à écrire ce genre d’informations et bien je vais vous le dire je suis quelqu’un qui est parti de rien et est arrivé à pas grand chose (enfin, quand même) mais je pense que je peux avoir la conscience tranquille sur l’application de la plupart (la perfection n’est pas de ce monde) des points abordés. Et puis ce sont mes élèves passés, présents et j’espère encore à venir ainsi que mes professeurs également passés, présents et à venir (pourquoi pas) qui eux seuls sont capables de juger si mes paroles sont cohérentes avec mes actes.

Heureusement il m’a été donné l’occasion d’avoir fréquenté et de côtoyer encore pour certains des personnages qui sont le témoignage que ce qui précède n’est pas que de l’utopie mais qui pour moi sont des références en matière de respect sur la plupart des points abordés et les préceptes qui vont avec et qu’il n’est pas inutile de rappeler (amitié, contrôle de soi, courage, honneur, modestie, politesse, respect, sincérité, humilité) à l’instar de pratiquants de haut niveau que je ne nommerai pas vu que je veux éviter les interprétations erronées mais je peux quand même donner quelques indications comme ce haut lieu de pèlerinage martial dans la Drôme qui devrait servir d’exemple à beaucoup de pratiquants (élèves et professeurs) et bien sûr un élève et ami de haut niveau alias « le samouraï du Jabron » qui nous l’a fait connaître, également un professeur d’origine Toulousaine fondateur d’une école qui nous a beaucoup apporté à une certaine époque et qui continue à apprendre de nouvelles techniques mais il me faut également citer mes premiers professeurs de karaté, de Jujutsu à l’époque quand la réputation se faisait plus difficilement par le bouche à oreille (la toile n’existait pas) et plus récemment des enseignants notamment de jujutsu en Bretagne avec qui nous avons partagés de bons moments et également à Paris avec des personnes qui dirigent des groupes qui correspondent à nos attentes. J’ai fait aussi pendant des années partie d’une structure Japonaise dans laquelle j’ai rencontré d’illustres pratiquants dans diverses disciplines mais la vie a fait que pour la plupart on s’est perdu de vue. Mais évidemment j’ai aussi rencontré des personnages qui par leur arrogance et leur certitude à pouvoir tout contrôler m’ont dissuadé de rester sur le même chemin et à l’heure d’aujourd’hui on peut dire qu’il faut savoir parfois quitter une route que l’on connaît pour s’apercevoir que de beaux paysages existent également dans les petits chemins. L’avenir nous dira si les choix ont été judicieux mais l’important n’est-il pas de toujours avoir du plaisir à pratiquer. On peut bien-sûr et objectivement reconnaître que ceux avec qui cela n’a pas « marché » nous ont fait évoluer, c’est sûrement grâce à eux que nous avons grandi car il aurait suffit de tout abandonner pour affirmer notre échec mais si l’on réussit à rebondir et entrevoir d’autres objectifs alors merci et respect pour ces personnages qui ont à un moment donné partagé notre route.

image

Je pense que je vais être saturé pour un moment à communiquer ce genre d’informations, mais il me tenait à cœur de partager mon impression sur ce qui se dit ça et là à propos de notre passion commune et en particulier sur cette notion de respect si souvent abordée lors de circonstance et visiblement la plupart du temps inappropriée. La route est longue et jalonnée de pièges qui vous rappellent à l’ordre dés que vous perdez le contrôle de vos actes ou de vos paroles incohérentes avec ce que vous prônez par ailleurs et je suis conscient que je n’échappe pas à la règle. C’est difficile d’être attentif à ne pas s’égarer mais c’est pour cela que la voie est passionnante alors je ne souhaite qu’une seule chose c’est que les enseignants soient vigilants sur ce qu’ils transmettent et qui ne se mesure pas qu’en terme d’efficacité technique mais qui sont aussi des exemples, des références en terme de comportement relationnel que vos élèves sans s’en rendre compte vont s’identifier et c’est là une grande responsabilité. A l’heure où nous vivons, s’il est indéniable qu’il faille savoir se défendre contre une agression physique ou verbale (difficulté de se contenir dans ce dernier cas) mais la violence engendre la violence; alors il y a peut-être d’autres alternatives à mettre en avant comme cette notion de « respect » qui à mon sens ne peut pas résoudre tous les problèmes mais certainement peut laisser entrevoir une possibilité de « mieux vivre ensemble »

image

Merci à tous d’avoir eu la patience de lire cet article jusqu’au bout, puisse t-il vous donner un nouvel élan à vous lancer corps et âme dans la difficile voie du « BUDO »

salut

  

Denis GAUCHARD Kyoshi

Article perso

Pour ceux qui n’ont pas accès ou qui ne souhaite pas naviguer sur Facebook, j’ai posté un petit article perso, en voici le contenu.

image

Un peu long mais bon ! je suis comme cela assuré que très peu iront jusqu’au bout.
Je suis responsable de ce que je dis et pas de ce tu comprends (ouf ! je suis couvert)

Jeunesse

Il est évident que de parler de son historique fait partie de la traçabilité de son parcours et peut certainement aboutir à comprendre ou faire comprendre pourquoi et comment vous avez construit la vision de votre pratique et aussi la manière dont vous la transmettez. On en profite pour saluer l’ami PYC qui poste sur le net quelques photos historiques avec les annotations judicieuses qui vont avec.
Mais je dois ici faire le point sur certains éléments que nul autre ne peut développer sauf sur sa propre histoire car parfois les élèves épiloguent sur les changements de direction de leur Sensei sans obligatoirement en connaître les vrais raisons vu qu’on ne passe pas son temps à se justifier.
Effectivement on vient bien tous de quelque part mais certains aiment à faire croire qu’ils se sont fait tout seul.
J’ai toujours rendu hommage à tous ceux qui à un certain moment m’ont fait évoluer dans bien des directions, que ce soit à mes débuts en karaté puis avec l’école R. Cocâtre de Bushido, avec le Yoseikan budo, avec l’école française de Budo, avec le Yiseido, avec le Hakko ryu, avec la fédération international d’arts martiaux (kokusai) et avec I.B.A.
Je ne cite pas de nom vu que souvent différents experts de ces organisations m’ont apportés quelque chose qui a contribué à ce que je suis aujourd’hui (Il est parti de rien et est arrivé à ….. pas grand-chose) rassuré vous il y a pire.

Partage des connaissances

Mais si la vie vous a appris quelque chose, vous devez savoir que ce n’est pas qu’un long fleuve tranquille et que ce n’est pas parce que vous n’êtes plus en accord avec quelqu’un que l’on ne doit pas respecter ce qu’il vous a apporté à un certain moment et réciproquement ce n’est pas parce que quelqu’un vous quitte que vous devez le dénigrer.
Simplement, chacun doit suivre sa voie à un moment de son parcours où il prend conscience qu’il n’arrivera pas à s’épanouir dans ce qu’il affectionne s’il reste avec quelqu’un qui change pour une direction qui ne lui convient pas. Bien sûr il peut exister d’autres raisons (abus de pouvoir, malhonnêteté, manque de respect) mais cela est une autre histoire que l’on ne peut aborder qu’en privé avec des amis.

l'amitié est fragile

A l’évidence c’est le lot de la plupart des hauts niveaux (certains n’attendent pas d’être bien haut perché) qui éprouvent à un moment donné de ne plus suivre leur parcours dans une structure qui ne correspond plus à leurs attentes (souvent suite à un changement d’orientation (mais pas que, voir plus haut).
Faut-il pour autant se regarder en chien de faïence; pour ma part je ne le pense pas même si j’ai du mal à comprendre le pourquoi du comment de certaines pratiques ou comportement. C’est toujours avec plaisir que je prends des nouvelles de ceux que j’ai côtoyés et qui continu à œuvrer pour faire découvrir leur passion et ce sera également toujours un bon moment lors d’une éventuelle rencontre (à de très rares exceptions)
Pour conclure, l’ami PYC (encore lui) qui m’a souvent dit que je n’avais pas besoin de me justifier et il a raison il faut bien quand même argumenter les différents sons de cloches qui souvent parlent sans savoir vu qu’ils ont écouté les derniers ragots.

rien d'autre

A savoir que l’orientation de ma pratique qu’elle soit personnelle ou pour ceux qui suivent mon enseignement n’a pas pour objet de viser les plus hautes marches du podium (je ne suis pas contre certaines épreuves sportives, mais contre l’élitisme), pas plus que de l’invincibilité dans la rue très à la mode actuellement (les grands maîtres des arts martiaux japonais rencontrés jusqu’à-là n’en n’ont jamais fait état) pas plus que magicien admiré par un public crédule par des démonstrations qui ne fonctionnent qu’avec des partenaires complaisants. Bien sûr je conçois que l’on peut à un moment de sa vie de pratiquant évoluer dans l’une ou l’autre direction (il faut bien s’amuser un peu) mais si on en reste là passé un certain âge, nul doute qu’on sera passé à côté de ce que peut-être on désigne par la voie.

mais quand même

Donc pour moi, pas de but à atteindre mais simplement s’entrainer sans relâche en essayant de toujours faire mieux, rien à prouver, rien à démontrer, juste le plaisir de continuer à avancer et peut-être également d’entraîner dans mon sillage quelques adeptes que je remercie au passage et qui me pousseront à aller encore plus loin. Le problème maintenant avec les médias c’est que l’on mélange tout (arts martiaux, Budo, sport de combat, self défense, démonstration) il n’y a qu’à voir ce que sont devenu la plupart des revues d’arts martiaux spécialisés où il est difficile de trouver maintenant plus de 3 pages traitant du sujet qui nous intéresse.
J’en profite pour faire savoir que le peu de justificatif de niveau que j’ai en ma possession dans les différentes structures citées ont tous fait l’objet d’une présentation devant les plus grands experts des disciplines que j’enseigne. Il y a mieux mais c’est beaucoup plus cher.
Prenez soin de vous.

Petites vidéos prises lors de ma présentation I.B.A

Tonfa no kata    Saï no kata

Taikinokata

A méditer

“Le problème, ce n’est pas ce qu’on ignore,
mais ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas.”

DG Kyoshi

Nouvelle du CDRAM

Petit message sympathique du CDRAM

image

 

Reconnaissant… Je ne m’y attendais pas…3 certificats, 3 écoles… :

Quand un grade inférieur te félicite tu souris, quand il te critique tu souris et n’écoute pas. Quand un 10ème Dan te félicite ou te corrige tu écoute et t’incline…
Comme promis voici un petit retour profondément reconnaissant pour 3 certificats reçus cette saison au Dojo par 3 personnes dont j’ai parlé de nombreuses fois et que je n’ai plus à présenter.

Des évènements auxquels je ne m’attendais pas…tout comme le certificat d’amitié décerné par le maître Daniel Blanchet 10ème dan Hanshi en 2017.
Pour reprendre ce qu’avait dit le maître Denis Gauchard :
« Quand le début est bon il y a des chances que la fin aussi! »
Denis Gauchard 8ème Dan Kyoshi fondateur Taikibuo justement fut le 1er le 23 septembre à m’en remettre un avec un certificat de Fraternité Budo…
Un lien de cœur…même état d’esprit, même philosophie…

Il m’a fait également un très grand plaisir de passer nous voir la semaine dernière accompagné de Claudette…
Hervé Leydier 7ème Dan Shihan Kyoshi Karatedo Shorinji Ryu Seishinkan fut le 2ème de la saison le 23 février avec un certificat de grade de son école…
Jean-Paul Bindel 10ème Dan Hanshi Toreikan Budo fut le 3ème de la saison le 22 juin avec un certificat de titre de son école française de Budo. Titre qu’il n’a décerné que 13 fois en me comptant…

Des gestes qui m’ont touché, vraiment, dont j’ai conscience de la valeur, venant de personnes de valeur pour qui j’ai beaucoup d’affection et de respect… car comme je l’ai dis au-delà du certificat ce qui est important c’est qui te le décerne! Pour moi un certificat c’est personnel et j’ai l’impression d’en avoir trop dit et pas par timidité, ou parce que je suis pudique ou encore que je n’assume pas…mais pour eux j’étais obligé d’écrire ces quelques lignes respectueuses mais qui ne le sont pas encore assez par rapport à leurs gestes…

Domo arigato gozaimashita pour votre confiance, pour votre amitié.

image

image

“La facilité de parler est souvent l’impuissance de se taire”

image

Anniversaire

Remerciements à ceux qui ont eu la délicatesse de ne pas lui rappeler ses 45 ans ……………… de pratique.

 

image

L’équilibre entre le Yin et le Yang sert de principe de base à notre existence
(Lao Tse)

image

 

image

C’était avant hier

Bientôt des archives photos inédites, mais en attendant …………

image

Que ce soit clair, aucun regret, aucune amertume dans ce qui suit
plutôt une certaine fierté pour ce qui a été fait et surtout
une fierté certaine pour les relations amicales qui en résultent
avec les élèves anciens, présents et j’espère à venir.

40 années de pratique, c’est à peu près :

Quelques 30 années de Bénévolat (enseignant et membre administratif)
Quelques 850 cours en tant qu’élève (et souvent pas à proximité)
Quelques 3900 cours en tant qu’instructeur (jamais d’absence sauf opération)
Quelques 12500 heures sur les tatamis (et sûrement autant en dehors)
Quelques 195 stages en tant que participant actif (Souvent des stages de plusieurs jours)
Quelques 75 stages en tant que dirigeant (local,départemental,régional,national et international)
Quelques 45 cours particuliers en tant qu’élève (Me Cocâtre, Mochizuki, Bindel, Riesser)
Quelques 63 démonstrations (Je ne compte pas les préparations des équipes)
Quelques 290 heures d’arbitrage et juge sans compter les formations et préparation)
Quelques 170 articles dans les journaux en rédacteur (principalement pour parler des autres)
Quelques 75 réunions de bureau (souvent en tant qu’animateur-régulateur)

Beaucoup de plaisir et sûrement autant d’emmerdements !
mais quand on aime, on ne compte pas; n’est ce pas !

image

C’était hier

image

J`allais oublier :

Conception du CAMA à travers l’élaboration de ses statuts, règlements et autres protocoles
(renseignement et règlement généraux et intérieur) et élaboration des différentes commissions
(technique, rencontre-arbitrage, école des cadres)
Déclaration préfectorale de l’association et ouverture d’un compte courant.
Conception du TAIKIBUDO à travers l’élaboration de son programme technique et philosophique.
Protection du nom et logo auprès de l’INPl
Reconnaissance de l’école auprès de l’IMAF avec protocole pour l’authentification de nos passages de grade
(25 diplômés IMAF dont, sept nidan, cinq sandan, deux yodan, un godan)
Affiliation auprès de la FFCO pour l’accès à certaines subventions des clubs.
Affiliation à IBA et protocole pour l’obtention de diplômes de grades et d’enseignants spécifique à notre discipline.
Conception du site TAIKIBUDO.org avec ses quelques 8000 visiteurs depuis sa création en 1998.
Conception du Taikiblog avec quelques 150 articles mais pas autant de commentaires (dommage)
Formation de quelques 65 ceintures noires dont 20 moniteurs, 6 professeurs
La plupart n’avaient aucune pratique précédente
Aide à l’ouverture de différents clubs (statut, titre enseignant, affiliation,démonstration)

 

Pas mal d’amis et peut-être autant d’ennemis (je plaisante)
Toutefois n’hésitez pas à vous manifester !

image

Plus récent

image

 

Et puis quelques babioles :

Conception des logos Taikibudo et Cama
Consignes particulières à l’attention des RT du CAMA
Organigramme administratif et technique du CAMA
Conception, élaboration des cartes clubs et timbres
Conception, élaboration des cartes clubs Dan
Conception, élaboration des certificats Kyu et Dan
Conception, élaboration des cartes postales avec logo
Conception, élaboration des Tee Short avec logo TKB
Conception, élaboration de trois bulletins d’information (goshin taiso, shiatsu, Iaïdo)
Conception, élaboration de cinq bulletins trimestriels (arrêt de parution faute manque d’aide)
Reprise avec les gazettes et l’aide précieuse de M-C Ledoux (beaucoup de travail, peu de retour)
Conception, élaboration écusson de l’école (pour veste, voiture)
Sacs de sport, porte-clefs, stylos
Mise en place du protocole pour le C.E.R.E.P
(Cercle d’Etude et de Recherche pour son Evolution Personnelle)
Conception, organisation et gestion d’un concours de dessins (6 années de suite)
Marquage des coupes et médailles pour les différentes rencontres.
Parution journaux des différents résultats pour l’ensemble des clubs du CAMA
Articles et interviews pour revues et radio
Conception, rédaction du mémento technique (merci à PYC pour son aide)

 

Non ce ne sont pas que des idées mais de la réalisation concrète !

Heureusement, une super équipe autour de moi consciente que tout ceci ne se fait pas tout seul,
n’hésite jamais à proposer ses services (la mémoire me fait parfois défaut)

Quelques moments de lassitude dans ce parcours sont vite balayés en regard d’autres moments inoubliables,
que j’ai vécu avec des élèves pratiquants encore ou non mais qui sont devenu des bons amis
(vous savez ceux sur lesquels vous pouvez compter) j’en parlerais un jour plus précisément.

image

Merci donc à tous ceux qui s’efforcent de ne pas trop aider à continuer ce modeste parcours

pour me faire croire que je suis encore utile à quelque chose

(âmes sensibles, ne cliquez pas sur l’image)
pour les autres regardez bien le tatouage de cette admiratrice

image

actuel

Mon manager m’avait conseillé de ne pas la divulguer
mais vous savez que je n’en fais qu’à ma tête

Comme je le craignais, certains lecteurs ont manifestés leur indignation
”même pas d’adresse ou de n° de téléphone pour la joindre; une honte”

Dragoncool mini