Kumite Shop

Bon allez, on va se faire mousser un peu.

A l’heure ou il est d’actualité de critiquer les autres styles, écoles et autres groupements même quand on ne sait pas de quoi on parle surtout quand on compare ce qui n’est pas comparable et également de trouver des articles sur les techniques les plus efficaces qui soient contre un ou plusieurs adversaires armés ou non avec parfois des vidéos fantaisistes pour agrémenter les propos. Il en faut pour tous les goûts, pour toutes les bourses et pour tous les rêves et illusions.

Aussi je vais me permettre de joindre à ce post, un petit message trouver sur le site Kumité Shop un magasin d’articles d’arts martiaux entre autres, que je vous recommande et dont le responsable Damien Denis avec qui nous avons partagé de nombreux stages a bien voulu afficher un petit message sympathique à propos de notre école et de son représentant pour ne pas dire fondateur sachant que le terme est à priori mal interprété et empreint d’une certaine prétention surtout de la part de ceux qui n’arrivent pas à se distinguer autrement que par des arguments négatifs.

Jugement

Donc un grand merci à Damien, surtout que pratiquant de Karaté de bon niveau, il est rare de trouver des articles positifs au sujet d’autres arts martiaux qui plus est n’est pas considéré comme traditionnel. Encore faudrait-il savoir ce que l’on entend par traditionnel qui pour moi correspond à une façon de transmettre, le respect d’une certaine étiquette et des valeurs qui ne sont valable que par l’exemple du sensei. Là encore je ne préfère pas m’étendre sur ce sujet mais suis disposé à la discussion directe de vive voix.

image

Article de Damien DENIS

trouvé sur Kumité Shop

TAIKIBUDO – La voie du guerrier pacifique

Le nom de cette école ne vous parle sûrement pas? Vous ignorez sûrement l’existence de Monsieur Denis GAUCHARD, et pourtant !!

Voilà maintenant une dizaine d’année que je rencontre Denis lors de stage, c’est une personne humble et droite. C’est l’une des rares personnes en France à suivre la voie du Budo et à l’appliquer dans ces dojos. Proche de l’enseignement de Minoru MUCHIZUKI les techniques sont simples et efficaces, un jujitsu traditionnel comme l’on en trouve au Japon. Il gère aujourd’hui plusieurs dojos et donne des stages un peu partout en France. Il est aussi auteur de plusieurs ouvrages techniques et biographiques.

Membre imminent de l’IMAF FRANCE pendant plusieurs années, il a décidé aujourd’hui de se concentrer sur le développement de son école.

Le TAIKIBUDO a de beaux jours devant lui.

L’équipe Kumite-shop est très fière de travailler avec les personnes qui écrivent l’histoire des arts martiaux en France.

Je vous invite donc à aller visiter les sites de l’école.

https://s521090584.onlinehome.fr

https://www.taikibudo.org

C.A.M.A  Cercle d’Arts Martiaux Association

Le c.a.m.a vous propose la pratique du Kenpo (poings/pieds), du Jujutsu (self-défense) et du Kobudo (armes) de l’école Taikikan ou de l’ensemble de ces disciplines sous l’appellation TAIKIBUDO. L’orientation de cette école ne porte pas uniquement sur l’efficacité technique et physique en combat mais aussi et surtout sur l’aspect relationnel entre les pratiquants (entraide et prospérité) ainsi que sur son évolution personnelle (respiration, attention, décontraction) ; pour tous renseignements :

Denis GAUCHARD Kyoshi

Président-Fondateur

CAMA-TAIKIBUDO

kyoshi-cama@trashmail.net

image

Et puis comme un cadeau ne vient jamais seul, en voici un autre que je viens de découvrir mais nous en reparlerons plus en détail plus tard.

Venir de quelque part

Merci à RONIN – Martial Production pour cette publication

cela me touche vu l’état d’esprit de l’école Cdram Bugei Sodachi Kenkyukai
alors si j’ai pu partager avec bonheur quelques fondements sur ce qui peut faire avancer les pratiquants dans leur objectif j’en suis vraiment satisfait. Meilleures pensées à toute la famille du Cdram Bugei Sodachi Kenkyukai.

Courage

DG Kyoshi

RESPECT

Article déjà publié il y a 2 ans, mais une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal

“RESPECT”

Je ne prend pas souvent la parole pas plus que je ne démontre des techniques en dehors de mon enseignement et limité dans la sphère du dojo mais je vais faire une exception à la règle. Il y a peu par choix que j’ai accès à l’information par internet qui bien sûr nous donne l’occasion d’informations, de renseignements sur les sujets qui nous passionnent mais également de s’apercevoir que certains préceptes mis en avant dans bons nombres de structures « martiales » sont un peu galvaudés.

image

Il y aurait soit disant un code moral comportant certaines notions telles que amitié, contrôle de soi, courage, honneur, modestie, politesse, respect, sincérité, humilité. Je pense que la notion de respect est la plus importante et contient en elle toutes les autres. Alors ce que je lis, entends ou vois ici et là m’interpelle de temps à autre car pour moi au sujet du respect c’est d’abord de montrer l’exemple et pas de développer des théories qui souvent d’ailleurs ne sont que des copies glanées ici et là et parfois légèrement modifiées pour s’approprier ces bonnes paroles. Le problème est que le lecteur non averti peut facilement imaginer qu’à partir du moment où l’on écrit des théories (philosophique ou technique) on est soi-même en pleine possession de ce savoir dans son comportement, dans sa vie de tous les jours. Les prêcheurs de bonnes paroles comme dans certaines religions (aucune n’y échappe) nous donnent la preuve vu l’actualité du moment que c’est souvent loin de la réalité. Alors avant d’écrire des pages de théories philosophiques ou encore des explications sur les secrets de telle ou telle technique, il suffirait souvent de transmettre le lien réel de l’information avec un petit remerciement pour son auteur originel qui s’il vous a posé quelques interrogations ne vous a pas obligatoirement transmis quoi que ce soit qui reflète votre savoir. Le respect pour moi et dans le sujet qui nous concerne, ce sont des choses simples et pourtant si difficile à respecter pour la plupart, en voici quelques exemples :

Respect de la parole donnée, que ce soit celle de l’enseignant ou celle de l’élève, peu de pratiquants portent de l’importance à cette règle impérative qui détermine souvent la confiance que l’on porte à l’autre. Les souvenirs personnels de ceux qui promettent d’être présents à un cours spécial ou à un stage et qui après coup n’ont même pas la délicatesse de s’excuser ou trouvent des prétextes pitoyables mais également la promesse d’un professeur qui doit s’occuper de votre dossier et qui a oublié ou bien encore la certitude de revenir la saison suivante sans suivi d’effet et surtout sans mot dire.

image

Ne jamais imposer à ses élèves, ce que l’on ne s’impose pas à soi-même, que ce soit pour les remises en question (épreuves techniques en dehors de son système), esprit d’ouverture en invitant d’autres experts dans son propre dojo (ne pas avoir peur que vos élèves s’aperçoivent que vous n’êtes pas le seul et unique détenteur d’un savoir magistral)

Être un exemple sur l’assiduité et la ponctualité, si certaines exceptions peuvent se comprendre (maladie, accident) c’est une des première règle de respect qui se doit d’être réciproque.

Toujours être reconnaissant envers ceux qui vous ont fait avancer même si ils ont pris par la suite une direction qui ne vous convient plus car si l’on conçoit qu’un élève peut dépasser son Senseï autant en pratique que dans la philosophie et à en croire certains qui ce sont faits tout seul et possède la science infuse, ils ne doivent rien à personne et pourtant c’est souvent les premiers pas appris qui font que ce que vous êtes par la suite existe.

Éviter de se mettre en avant, il faut l’avouer ce n’est pas toujours facile quand l’on a la place du senseï, il en faut bien un mais le constat est que bien souvent sur les annonces, les affiches, les photos il y a prépondérance sur un personnage, voir il est tout seul alors que sans le groupe, les élèves, les sampais, il n’est rien. Également, se faire prendre en photo seul avec des experts ou maîtres, ce qui n’est pas interdit bien au contraire pour sa collection personnelle de bons souvenirs mais certains voudraient faire croire qu’ils ont reçu un enseignement direct avec ces illustres personnages et parfois même s’en font référence au monde entier pour justifier de leur bagage technique alors qu’ils n’ont en fait effectué qu’un stage ou deux et souvent noyé dans un groupe de pratiquants important.

image

Éviter de montrer des techniques fantastiques qui peuvent paraître efficaces dans la dure réalité d’un combat réel alors qu’en fait et pour la plupart du temps elles ne fonctionnent que sur un « uké » complaisant. Le secret de l’art martial véritable est souvent acquis par la technique, de la sueur et un renforcement mental « la détermination, l’intention » et qui se passe de théorie compliquée et inexploitable.

Éviter de croire que seul votre art martial est valable, il est courant d’entendre des critiques sur une autre méthode, une autre école ou encore un autre style de la part de personnes qui ne les ont jamais pratiquées et qui souvent ne font que comparer avec ce qu’ils font eux-mêmes. Par exemple un pratiquant de tir à l’arc occidental regardant un pratiquant de kyudo pourrait être amené à trouver lamentable que ce dernier ne soit pas capable de viser le centre de la cible alors que pour le connaisseur il a peut-être fait un tir parfait.

Éviter d’enseigner ce que vous n’avez jamais appris, en dehors de quelques rares autodidactes qui ont de toute façon travaillé dur pour y arriver on ne peut pas sous couvert d’avoir un haut niveau dans une discipline s’approprier le droit de démontrer voir d’enseigner toutes les autres. J’ai le souvenir d’un professeur d’un art martial reconnu me reprocher d’enseigner plusieurs disciplines alors qu’il venait de faire une démonstration de sabre; il m’avoua qu’il n’en n’avait jamais abordé l’apprentissage mais que cela faisait bien pour l’occasion. Il n’est pas rare de voir enseigner les armes de kobudo par des professeurs n’ayant jamais pris un seul cours sous prétexte qu’ils ont la maîtrise des déplacements et des positions qui sont similaires dans leur discipline.

image

Éviter de croire que vous avez fait le tour de votre discipline après l’obtention de quelques titres en championnat, il va sans dire que la participation aux compétitions n’est pas incompatible avec un cheminement véritable sur la voie du budo mais à la condition toutefois de se rendre compte que ce n’est qu’une distraction, une expérience, un passage (non obligatoire) qui peut éventuellement vous procurer des sentiments de réussite ou d’échec à savoir maîtriser ou pas et aussi certainement à vous forger une condition physique (parfois mentale) de sportif de haut niveau (non indispensable pour atteindre un niveau respectable dans la plupart des « budo »)

Éviter de croire que vous avez fait le tour de votre discipline après l’obtention de quelques grades qui peuvent éventuellement jalonner votre parcours et qui ne sont là que pour certifier par un regard extérieur le résultat de votre travail. Il est toujours bon d’avoir des avis d’experts (les vrais) qui soient d’ailleurs issus de courant différents ou de la même école, ils sauront vous guider sans jamais vous décourager à poursuivre vos efforts pour parfaire l’objectif que vous vous êtes fixé. Évidemment votre senseï se doit de montrer l’exemple.

image

Éviter de croire que si vous pratiquez au sein d’une grande organisation (en nombre de licenciés) la validation de vos résultats aura une valeur supplémentaire en terme de « budokas », il y a au Japon (mais pas que) de petites structures dirigées par des maîtres véritables qui sont fréquentées par des pratiquants de tous niveaux venant du monde entier. Il est évident que ce n’est pas le fruit du hasard et que la transmission de certaines valeurs traditionnelles ne tient aucunement compte d’un potentiel important de « licenciés »

Éviter de croire que si vous pratiquez au sein d’une fédération « officielle » vos grades ou titres auront une valeur plus importante en ce qui concerne votre capacité à représenter par votre niveau, votre état d’esprit, votre comportement ce qui reflète véritablement votre niveau de compréhension quant à l’étude d’un « budo » véritable. Je ferais juste un petit encart en ce qui concerne les diplômes d’enseignants où je trouve normal de respecter certaines règles. Mais à mon sens seule la partie « commune » devrait suffire, la partie spécifique devrait se régler en interne de l’école.

image

Éviter de croire que si vous pratiquez au sein d’un petit club en nombre de licenciés vous êtes limité dans votre évolution, peu importe le nombre mais s’il est évident que les échanges seront également limités c’est surtout le charisme de votre enseignant qui fera la différence et qui saura vous faire diversifier les relations avec l’extérieur. Bien sûr on peut concevoir qu’un restaurant où il y a toujours du monde doit avoir un bon « chef cuisinier » et se poser des questions là ou personne ne revient, mais la règle à suivre est l’affaire de chacun. Il faut quand même se rendre à l’évidence que si l’on peut tromper quelques crédules un certains temps là ou il y a un certains nombre d’anciens qui plus est des adultes avec des niveaux respectables reconnus, il y a forte chance que l’enseignement soit de qualité; sinon ce serait prendre tous ces adeptes pour des irresponsables.

Éviter d’étaler vos grades dans d’innombrables disciplines qui parfois ont été attribués par équivalence (j’éviterais de dire par correspondance, mais cela existe), respect bien-sûr à ceux qui touchent un peu à tout (je suis pour l’esprit d’ouverture) et qui savent au moins de quoi ils parlent mais quand j’ai de l’estime pour un haut niveau (7 dan minimum) dans une discipline, il ne me déplaît pas de savoir qu’il a aussi certains niveaux (dûment présentés et attribués) de 3e dan minimum dans d’autres disciplines mais je pense que dans ce domaine il faut rester humble et discret sinon un effet inverse sur l’admiration que j’ai pour cette personne pourrait bien me traverser l’esprit.

Éviter de prendre ses élèves pour des cobayes, vous devez être respecté pour les valeurs que vous transmettez et non par crainte. Quand je vois des élèves se faire malmener par leur senseï et qui doivent en plus lui dire merci, j’estime que ce n’est gratifiant ni pour l’élève (qui suis-je pour accepter cela) ni pour l’enseignant (qui suis-je pour m’autoriser cela) et ne me parlez pas du renforcement mental et autre méthode militaire sur l’obéissance et la soumission. J’aime à croire que mes élèves se souviendront de moi pour d’autres valeurs « humanistes ». Quelques exemples : met les mains derrière le dos, je vais vous faire voir ce qu’est un vrai mae-geri et bien-sur l’élève s’écroule en devenant tout pâle ou encore donne moi ton bras, je vais vous faire voir ce qu’est une vraie clef de poignet et bien-sûr l’élève se tord de douleur et tout cela souvent avec un sourire sarcastique du professeur « satisfait » de tant d’efficacité sous le regard admiratif des élèves. Pour ma part je ne met pas les mains derrière le dos, pas plus que je ne donne mon bras, en combat il faut venir le chercher. Je ne prétend pas qu’il faut faire dans la dentelle mais il y a un juste milieu.

Éviter de freiner l’évolution de vos élèves, bien-sûr que cela existe et surtout quand le professeur n’est pas lui même très gradé (hors de question qu’il ait le même grade que moi) ou alors que ce dernier ne se souvient plus que pour ce niveau il n’était pas non plus au top. Pour moi, c’est toujours une grande satisfaction quand un élève obtient un niveau supérieur et cela va m’obliger à travailler moi-même, à trouver d’autres moteurs d’intérêt pour garder sa motivation. Certains professeurs s’étonnent de voir partir leur élèves à un certain niveau dans d’autres dojos mais il faudrait avant de pester qu’ils fassent leur auto-critique. Tout d’abord on ne peut transmettre la passion que si l’on est soi-même passionné et on ne doit pas dissuader un élève d’aller voir ailleurs ce qui se passe, c’est le meilleur moyen de le perdre.

image

Je pourrais bien-sur continuer à démontrer que les ambiguïtés sur la notion de respect sont nombreuses mais les quelques unes mises en avant précédemment sont le fruit d’expériences vécues et pas des bribes d’informations glanées sur le net. Certains peuvent aussi se demander qui suis-je pour m’autoriser à écrire ce genre d’informations et bien je vais vous le dire je suis quelqu’un qui est parti de rien et est arrivé à pas grand chose (enfin, quand même) mais je pense que je peux avoir la conscience tranquille sur l’application de la plupart (la perfection n’est pas de ce monde) des points abordés. Et puis ce sont mes élèves passés, présents et j’espère encore à venir ainsi que mes professeurs également passés, présents et à venir (pourquoi pas) qui eux seuls sont capables de juger si mes paroles sont cohérentes avec mes actes.

Heureusement il m’a été donné l’occasion d’avoir fréquenté et de côtoyer encore pour certains des personnages qui sont le témoignage que ce qui précède n’est pas que de l’utopie mais qui pour moi sont des références en matière de respect sur la plupart des points abordés et les préceptes qui vont avec et qu’il n’est pas inutile de rappeler (amitié, contrôle de soi, courage, honneur, modestie, politesse, respect, sincérité, humilité) à l’instar de pratiquants de haut niveau que je ne nommerai pas vu que je veux éviter les interprétations erronées mais je peux quand même donner quelques indications comme ce haut lieu de pèlerinage martial dans la Drôme qui devrait servir d’exemple à beaucoup de pratiquants (élèves et professeurs) et bien sûr un élève et ami de haut niveau alias « le samouraï du Jabron » qui nous l’a fait connaître, également un professeur d’origine Toulousaine fondateur d’une école qui nous a beaucoup apporté à une certaine époque et qui continue à apprendre de nouvelles techniques mais il me faut également citer mes premiers professeurs de karaté, de Jujutsu à l’époque quand la réputation se faisait plus difficilement par le bouche à oreille (la toile n’existait pas) et plus récemment des enseignants notamment de jujutsu en Bretagne avec qui nous avons partagés de bons moments et également à Paris avec des personnes qui dirigent des groupes qui correspondent à nos attentes. J’ai fait aussi pendant des années partie d’une structure Japonaise dans laquelle j’ai rencontré d’illustres pratiquants dans diverses disciplines mais la vie a fait que pour la plupart on s’est perdu de vue. Mais évidemment j’ai aussi rencontré des personnages qui par leur arrogance et leur certitude à pouvoir tout contrôler m’ont dissuadé de rester sur le même chemin et à l’heure d’aujourd’hui on peut dire qu’il faut savoir parfois quitter une route que l’on connaît pour s’apercevoir que de beaux paysages existent également dans les petits chemins. L’avenir nous dira si les choix ont été judicieux mais l’important n’est-il pas de toujours avoir du plaisir à pratiquer. On peut bien-sûr et objectivement reconnaître que ceux avec qui cela n’a pas « marché » nous ont fait évoluer, c’est sûrement grâce à eux que nous avons grandi car il aurait suffit de tout abandonner pour affirmer notre échec mais si l’on réussit à rebondir et entrevoir d’autres objectifs alors merci et respect pour ces personnages qui ont à un moment donné partagé notre route.

image

Je pense que je vais être saturé pour un moment à communiquer ce genre d’informations, mais il me tenait à cœur de partager mon impression sur ce qui se dit ça et là à propos de notre passion commune et en particulier sur cette notion de respect si souvent abordée lors de circonstance et visiblement la plupart du temps inappropriée. La route est longue et jalonnée de pièges qui vous rappellent à l’ordre dés que vous perdez le contrôle de vos actes ou de vos paroles incohérentes avec ce que vous prônez par ailleurs et je suis conscient que je n’échappe pas à la règle. C’est difficile d’être attentif à ne pas s’égarer mais c’est pour cela que la voie est passionnante alors je ne souhaite qu’une seule chose c’est que les enseignants soient vigilants sur ce qu’ils transmettent et qui ne se mesure pas qu’en terme d’efficacité technique mais qui sont aussi des exemples, des références en terme de comportement relationnel que vos élèves sans s’en rendre compte vont s’identifier et c’est là une grande responsabilité. A l’heure où nous vivons, s’il est indéniable qu’il faille savoir se défendre contre une agression physique ou verbale (difficulté de se contenir dans ce dernier cas) mais la violence engendre la violence; alors il y a peut-être d’autres alternatives à mettre en avant comme cette notion de « respect » qui à mon sens ne peut pas résoudre tous les problèmes mais certainement peut laisser entrevoir une possibilité de « mieux vivre ensemble »

image

Merci à tous d’avoir eu la patience de lire cet article jusqu’au bout, puisse t-il vous donner un nouvel élan à vous lancer corps et âme dans la difficile voie du « BUDO »

salut

  

Denis GAUCHARD Kyoshi

Taikitraining Balloyeux


Logo Balloyeux        Logo FNSMR


Cliquer sur le logo FNSMR pour aller directement sur notre page dédiée


TAIKITRAINING BALLOYEUX

image[11]



Affiches des gestes barrières et règles sanitaires Covid-19 à imprimer et télécharger sur
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/ressources-a-partager

Bonjour 🙂


La saison 2019-2020 est terminée et j’espère que vous avez traversé ces moments difficiles de crise sanitaire sans trop de problèmes. Les cours de Taikitraining ont été quelque peu perturbés. Pour la rentrée de septembre qui pourrait se faire à partir du jeudi 10 avec les nouveaux horaires suivants : 18h30-19h30 toujours à la salle des fêtes de Balloy (en attente de validation), également une possibilité pour le dimanche matin 10h-11h (en attente de confirmation). Pour les anciens qui reviennent il va de soi que la cotisation sera considérablement ajustée pour palier à ces cours annulés depuis mars et les nouveaux seront accueillis avec plaisir.
En attendant, il est toujours possible de nous contacter soit par tel, par email ou avec Messenger dans le groupe Taikitraining Balloyeux (officiel).


Ce message a été diffusé à tous les membres inscrits en début de saison (11 adhérents) mais selon les fournisseurs (comme hotmail ou encore Live) les messages arrivent dans les indésirables quand on fait des envois en liste de diffusion (c’est le cas ici) et parfois même nous reviennent directement comme non délivrés (mystère)

Vu le protocole sanitaire actuel, il n’est pas possible de fournir le matériel (bâtons mousses) pour la pratique. Le matériel sera personnel et sans échange entre les pratiquants. Il est donc demandé de se munir d’un bâton de 1 m de longueur et de deux bâtons de 30 cm (avec un manche à balai par exemple) fera l’affaire.
Egalement mais sans obligation on peut vous obtenir le matériel adapté comme ci dessous :

Tanto mousse au tarif de 15€ l’unité neuf

Le Tanto

Ken mousse au tarif de 25€ l’unité neuf

Le Ken

Possibilité d’en obtenir d’occasion en bon état au tarif respectif de 20€ les deux pour les tantos et de 15€ pour le ken


image


Vos animateurs au top


image


image


image


image

Sous le thème « sport et bien être »


Rythme, déplacement, latéralité, équilibre, stabilité, coordination, respiration, attention, décontraction, notion des distances, évolution dans l’espace.


Puisant son origine de l’art martial assez austère et rigoureux dans son enseignement et en particulier avec la pratique des armes anciennes (KOBUDO), une autre activité de loisir et de détente accessible à tout le monde est possible avec une pédagogie adaptée pour se faire plaisir en conservant la possibilité malgré tout de bénéficier d’une certaine efficacité face à une situation de danger.

image


Pour quel public ?


Cette discipline est accessible à tous, afin de se « défouler physiquement » et de prendre conscience de son propre corps et ainsi prendre soin de sa santé.



Pour quels bienfaits


Retrouver un bon rythme cardiaque


Entretenir et développer sa forme physique


Favoriser la coordination, l’équilibre et la mobilité


Améliorer la souplesse des articulations et l’amplitude des mouvements


Retrouver la concentration et la mémorisation


Partager un moment de convivialité et d’assurance de soi


Salle polyvalente de Balloy 77118 à côté de la mairie, tous les jeudis de 18h à 19h15


Travail seul et/ou avec partenaire à mains nues et/ou avec matériel en mousse pour évoluer en toute sécurité.


La tenue : survêtement et baskets

image


Flash-info


Les activités du déconfinement
Cliquez sur l’image


Super


image


Une année exceptionnelle
(exemple pour Claudette)


Année du rat


Pour tous renseignements :


Tel : 01.60.67.49.44 ou Denis : 06.08.50.85.48 – Claudette : 06.11.25.61.80


Le Taikitraining est affilié à la Fédération Nationale Sport en Milieu Rural


image


Vu dans le p’tit Balloyeux


P'tit Balloyeux 


Page Taikitraining


image


DG Kyoshi

Fin de saison 2017-2018

Allez, pour les nostalgiques un petit retour en arrière

Quelques nouvelle brèves pour cette fin de saison 2017-2018

Taikitraining Balloyeux

image

image

image image

Sans aucun doute, à renouveler pour la saison prochaine

des détails à suivre

image

Passage de grade Yudansas à Marolles

image

Les résultats suivront

image

Fin de saison à Marolles

image image

image

image

image

Fin de saison au CAM-Montereau

Mercredi 20 Juin

image  image

image

image  image

image

Fin de saison à Ville st Jacques

Samedi 23 Juin

image

L’ami Farid bien entouré

image

image

Un shodan bien mérité

le premier du club de Ville st Jacques

image

Fin de saison à l’ASL-Montigny

Lundi  25 Juin

image

Marco et sa légendaire veste de kimono sur mesure

Evidemment, le maître des lieux

Guillaume H.

Suivait cet événement depuis la station spatiale

image

image

Fin de saison à Salins

Mercredi 27 Juin

image

et bien sûr le stage

Fraternités Budo

La Chapelle st Luc

Samedi 30 Juin

Prévision stage vacances

21 Juillet

Iaido, Tanto, Ken, Jyo

Plein air avec pique nique

RDV 10h à Balloy

image

Ne pas hésiter à nous communiquez vos informations d’activités à faire paraître sur le Taikiblog

image

“Le véritable secret de la vie est de s’intéresser à une chose profondément et à mille autres suffisamment”

Archives Top 06

Suite de souvenirs sans ordre précis de date ou de préférence (quoi-que)


Des souvenirs, c’est sûr il y en a; des très bons, des bons, et des moins bons mais rarement des mauvais (l’important est de ne pas faire une fixation sur ces derniers).


Les “bons” sont souvent lié à une époque, à un groupe dont on faisait partie mais ne jamais oublier qu’il y a un avant et un après pour toute chose.


Sur le premier article de ce thème avec Denis et Renaud M.
Voir l’article


Le 2e article de ce thème avec Sylvain et Sébastien A., Yann S., Angélique P. et Franck C.
Voir l’article


Le 3e article avec Olivier S., Thomas B., Jocelyn B., Stève V., Amélie B.
Voir l’article


Le 4e article avec Adeline G., Cyril D., Denis F., Dominique G., Julien M., Samuel D.
Voir l’article


Le 5e article avec Adrien S., Frédéric M., Frédéric N., Guillaume B., Hervé V., José F., Olivier J., Samuel B.
Voir l’article


image


Pour ce 6e article nous allons continuer l’historique des élèves sans descriptions particulières pour la plupart.


image
Avec Sébastien S. en haut à droite entre Hervé et Hajar
Il a été l’assistant de DG pendant des années à Montereau
Toujours un plaisir d’avoir de ses nouvelles.


image


image


image
Avec Sylvain B. en haut à droite, un très bon technicien
et également un super combattant
de nombreux résultats au top en compétition.


image


image


image
Avec Yahya Y. lors d’un stage à Champigny
recevant un diplôme de stage de M. le maire.


image


image


image
Avec Farid M. avec ses élèves de Ville st Jacques
Un fidèle de l’école, bon enseignant toujours en quête de perfectionnement.


image


image


image
Avec Christophe S. à droite
avec son sensei Frédéric M. et Arnaud M.


image


image


image
Avec Giro M. à coté de Armel
Un bon combattant
  image


image


image
Avec Jean-Claude T. en bas à droite
Il nous a quitté trop tôt
il avait trouvé sa voie avec le Iaido


image


image


image
Avec Jérôme T. en bas au centre


image


image


image


DG Kyoshi

Mini stage Iaido Juin 2020

Le Iaido ayant l’avantage de pouvoir se travailler seul (quoi que dans notre école un gros travail se fait avec partenaires) voici une petite page d’informations utiles pouvant vous permettre en ces moments difficiles de confinement de progresser dans votre technique autant que dans vos connaissances et même certainement dans l’approche philosophique liée à cette pratique. Vu que cette page évoluera, n’hésitez pas à y revenir de temps en temps.


Page d’informations ci-dessous


Page d'information utile


Bien-sur se rendre le plus souvent possible sur la page prioritaire d’information (stages, cours, photos et vidéos, compte-rendu) en cliquant sur l’image ci-dessous


Iaido cours et stages


En attendant, comme prévu nous poursuivons notre activité en cette période un peu particulière; voir le programme ci-dessous :


Super


image


Donc comme prévu au calendrier, un mini stage Iaido s’est déroulé ce samedi 20 Juin à Balloy et en plein air avec quelques éléments de valeur qui ont pu non seulement progresser mais également passer un moment agréable sous le regard bienveillant de certains membres du taikitraining Balloyeux.


Un bon groupe


Iaido Juin 2020_034Iaido Juin 2020_037



Petite vidéo




image



Merci encore pour cette très bonne journée sous le signe de la bonne humeur et du partage. Merci pour les membres du Taikitraining Balloyeux de leur présence sympathique et de l’intérêt à la diversité de notre discipline. Merci à Isabelle d’avoir concocté de bonne pâtisserie délicieuse. et félicitation à Nathalie pour sa promotion largement méritée après des années d’étude et de présence intensive dans les stages.


Félicitation pour Nathalie


Dommage que certains n’ont pas pu être présent. Je remercie au passage ceux qui ont eu la délicatesse d’envoyer un petit message de désistement. D’autres peut-être ont préféré se réserver pour une activité plus enrichissante avec des experts de hauts vols. Ou alors peut-être le prix du stage fait que le tarif étant proportionnel à la qualité, blablabla.


image


DG Kyoshi

Historique en image

J’ai effectivement commencé par la pratique du Karaté quelques années avec notamment les professeurs RATE & DELPECHE au club de AVON vers Fontainebleau. J’aurais bien voulu retrouver quelques pratiquants de l’époque qui se souviennent de ma présence. Quand je regarde les images, je me souviens bien de ses élèves avec qui nous avons partagé des moments forts mais il faut avouer qu’en dehors des entrainements il y avait peu d’occasion de se réunir. Ne pas hésiter à me contacter pour un petit coucou et pourquoi pas une petite visite pour ranimer les souvenirs.

Karaté Avon
L’équipe du karaté club d’Avon avec son président

image

Idem avec le club de Provins et son professeur D. Puissant qui était venu à mon invitation faire un échange technique au club de Montereau. Je garde d’excellents souvenirs de ses cours intenses et bien équilibrés entre technique, kata et randori. Là également ce serait un plaisir d’avoir quelques contacts qui se souviennent de mon passage pour raviver la mémoire. Moi je m’en souvient bien car il me semble qu’un certain Jacky avec un fameux ushiro yoko geri m’avait défoncé une côte (j’ai encore mal)

Inter clubs Karaté

Souvenir d’un inter club à Guigne avec les professeurs
je me souviens des visages mais pas toujours de noms
Il me semble avoir lié amitié avec un certain Patrick.

Inter club

image

Et bien sûr il me serait très agréable de rentrer en relation avec des élèves du maître Cocâtre et notamment avec son assistant de l’époque (en tenue noire sur la photo avec mes élèves). Déjà quelques traces avec Alain Bouchaux, Michel Chantier et Jean-Pierre Artige rencontré lors d’un stage IMAF en Allemagne et à qui nous devons un super article sur ceinture noire

Alain et Michel

Alain et Michel (les retrouvailles)

Denis et Jean-Pierre
Denis G. et Jean-Pierre A.

Revue CN (1)

Revue CN (2)Revue CN (3)

Revue CN (4)Revue CN (5)

 

Ecole  R. Cocâtre de Bushido

Maître Raymond Cocâtre fut l’un des grands maîtres de Budo et l’un des pionniers des arts martiaux en France. Il fut l’élève d’Henri PLEE, de Sensei Murakami, et de Maître Mochizuki.

Issue au départ du style Wado Ryu apportée en France par Maître Mochizuki, Maître Cocâtre en modifia quelques fondements. Il rendit le style plus souple et surtout tint à respecter la morphologie et la mentalité européenne. Le principe le plus important est la mobilité du déplacement, préférant l’esquive au blocage – l’exemple qu’il citait volontiers était celui du toréador face à la charge du taureau -. Cette conception permet à tous, puissants ou non, de pratiquer sans les risques physiques inhérents à des blocages brutaux. Il a crée également un style de Ju Jitsu.

R. COCâTRE

Carte CN

Kiyaaah!!

Dédicace

Ecusson

Historique R. Cocâtre dans mon livre

Assistant Cocâtre

image

Donc pour tout contact ne pas hésiter
kyoshi@0box.eu
0608508548

image

DG Kyoshi